Qu’on leur fiche la paix avec la Marseillaise !

FR_ALBANIE

Il est particulièrement choquant d’entendre dans la bouche ou de lire sous la plume de nos « observateurs » politico-médiatiques des critiques à la limite de l’insulte aux joueurs de l’équipe de France de football parce qu’ils ne chantent pas l’hymne national. C’est d’autant plus choquant que les même se soucient comme d’une guigne d’un patriotisme perdu qu’ils ne sont pas loin, d’ailleurs, de considérer comme ringard, réactionnaire voir fasciste, chez tout autre citoyen.

Mais qu’on me permette tout d’abord une remarque : quoique patriote et nationiste, j’ai du mal à chanter l’hymne national. Il y a à cela une raison : écrite sur une musique militaire, une musique de fanfare, la Marseillaise est inchantable ! A-t-on entendu une fanfare chanter ? La Marseillaise se siffle ! En tout cas, à chaque fois que je l’entends, nonobstant le petit pincement que je ressens au coeur, je me prends à la siffler tout en l’accompagnant d’un mouvement régulier du pied ou de la main.

Plus sérieusement, comment demander à des adolescents attardés de chanter la Marseillaise sur un terrain de football alors que pendant dix ans de scolarité, on ne leur a pas donné le moindre soupçon d’instruction civique ; alors qu’on leur a appris l’histoire de supposés empires africains ayant régné il y a cinq siècles sur l’Ouest de l’Afrique en leur suggérant qu’ils en sont les descendants ; alors que l’éducation nationale bat le rappel des familles immigrées pour qu’elles envoient leurs enfants – nés en France – à des cours d’Arabe qu’elle organise dans l’enceinte de l’Ecole publique ; alors que le service militaire, dernier lieu où la Nation avait quelque chose à dire à ses citoyens d’origine étrangère, a été supprimé depuis belle lurette ; alors qu’on les encourage depuis leur naissance à cultiver « leurs racines » supposées (de quoi je me mêle !) au lieu de tout faire pour qu’ils les plantent sur le sol où ils sont nés ; alors que, depuis leur naissance, on leur présente la France comme une terrible colonisatrice esclavagiste au détriment de leurs aïeux ; alors qu’on multiplie les rapports alarmants sur un prétendu racisme des Français en hausse incessante ?

Comment peuvent-ils se sentir français alors que l’Etat et ses administrations se montrent d’un complaisance coupable à l’égard de pratiques polygames qui trouvent en France un renouveau alors qu’elles avaient presque disparu d’Afrique ; et alors que, par la grâce d’une interprétation extensive du regroupement familial aux grands-parents (1), on fait que ces enfants d’Immigrés nés en France subissent l’influence d’un milieu plus proche du pays d’origine de leurs parents ? Et comment se sentiraient-ils pleinement français alors que les médias ne manquent jamais, durant toute leur carrière de footballeur en formation, de les renvoyer à ce même pays avec, par exemple, cette question posée à Canal Football Club à Romain Hamouma, joueur prometteur de Saint-Etienne : « Etes-vous tenté par la sélection Algérienne ? » sous prétexte que son grand-père vient d’Algérie, sans se dire qu’avec un prénom comme le sien (Romain : on ne peut pas faire mieux comme revendication d’intégration française), il était probablement le petit-fils d’un Harki ? Etc.

Plutôt que de se demander pourquoi les joueurs ne chantent pas la Marseillaise, on devrait s’interroger sur la disparition des couleurs nationales sur leur tenue. Cela fait combien d’années que l’équipe dite « de France » de football n’a pas joué sous les couleurs bleu, blanc, rouge ?

Les preuves…

Ribery_Bleu_foncé (2)  Benzema_23032013_Bis  Girout  Fra_Esp_Aller (2)

La vérité est que ce débat est un rideau de fumée. Il fait porter le poids de la perte de l’esprit public sur des épaules qui ne sont pas taillées pour cela. C’est bien pratique quand, dans le même temps, on se garde d’expliquer en quoi la Nation se délite par tous les bouts : par le haut, avec la mondialisation et la course à l’Europe fédérale ; par le bas, avec la totale liberté donnée à des élus territoriaux incompétents pour confisquer et exploiter les Régions, Départements, Communes et autres collectivités territoriales à leur profit et à celui de leur clientèle. C’est ainsi que les Régions limitrophes sont encouragées par l’Union européenne à se regrouper par-delà les frontières ; c’est ainsi que les deux départements d’Alsace s’autorisent à organiser un référendum en vue de leur regroupement alors que la Constitution proclame la République une et indivisible et réserve l’organisation territoriale au pouvoir central ; c’est ainsi surtout que des élus locaux se comportent en féodaux et se permettent de financer des associations bidons (voir le procès  de Sylvie Andrieux, député des Bouches-du-Rhône), de promouvoir leurs proches au-delà de ce qui est tolérable (2) ou de faire voter une subvention de 400 000 € à David Guetta, dont 200 000 € pour lui et autant pour la mystérieuse société qui organise son concert payant à 44 € les places les moins chères (3).

Quant à moi, j’oublie Benzema dès que le match est terminé. Je ne peux qu’encourager Messieurs les censeurs à en faire autant et, accessoirement, à faire leur boulot au lieu, au mieux, de se défouler sur lui ou, plus sûrement, de détourner l’attention des citoyens sur lui.

_____________________

(1) Auxquels on alloue généreusement une retraite de 780 € pour une personne seule et 1150 € pour un couple alors qu’ils n’ont jamais travaillé en France.

(2) Une pétition qui a réuni 70 000 signatures a fait reculer Jean-Claude Gaudin. Le Conseil municipal de Marseille vient d’annuler la subvention ce lundi 25 mars.

(3) Telle Maryse Joissains, Maire d’Aix-en-Provence, qui, non contente d’avoir recruté son mari, ex-maire d’Aix condamné à l’inégibilité, au poste de chef de cabinet avec un salaire discrétionnaire, a promu adjointe et sénatrice sa fille à peine sevrée.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.