Pourquoi la guerre des civilisations est inéluctable

France_Alg

La grande erreur de nos élites (bien)pensantes qui refusent de voir la vérité en face, c’est d’employer, pour observer les rapports entre le monde occidental et le monde musulman, de mauvaises lunettes. En Occident, ou, plus exactement, en France, on parle d’Islam en termes de spiritualité, c’est-à-dire qu’on convoque les dogmes tels qu’ils ont été, d’après la tradition, dictés par les prophètes aux scribes des textes sacrés (Bible, Évangiles, Coran), on en fait l’exégèse puis on en déduit qu’il n’y a aucune raison pour que les Chrétiens et les Musulmans se tapent dessus. La faute à la laïcité conçue comme la mise à l’écart de l’Église en tant qu’institution fondatrice de notre état-nation au même titre que l’Aristocratie et la Bourgeoisie.

A l’inverse, l’Islam se fiche pas mal de ce que les Musulmans pensent et croient. Ce qui l’intéresse, c’est de savoir si leur comportement social est conforme à la cohésion et aux intérêts de l’Oumma. En Islam, peu importe que vous pêchiez pourvu que vous ne choquiez pas en public. L’idée selon laquelle « Dieu reconnaîtra les siens » y est prégnante. En exagérant un peu, une débauchée en string sous une robe flottante cachant ses formes et un voile dissimulant son visage serait, en quelque sorte, hallal, alors qu’une femme en mini-jupe respectant tous les rites privés musulmans serait ahram. Cela ne vous rappelle pas quelque chose ?  C’est le rapport à la religion (1) qu’avaient les Grecs et les Romains, chez qui la pietas (dévotion) consistait à respecter les rituels sociaux quitte à faire et penser ce qu’on voulait en privé.

L’approche occidentale de la religion est spiritualiste alors qu’elle est, dans le monde musulman, politique et sociale. En réalité, l’islamisme est un nationalisme.

C’est d’ailleurs ce que l’Histoire nous enseigne. Depuis que l’Islam est apparu dans l’Histoire, ses rapports avec la Chrétienté ont toujours été conflictuels. Et, si ce conflit n’a pas dégénéré en une guerre totale, c’est pour la raison que l’Occident, qui en a toujours été conscient, a établi et maintenu avec l’Islam un rapport de force favorable. Les Musulmans n’ont pas, jusqu’au siècle présent, fait montre de la moindre velléité expansionniste et impérialiste pour la raison qu’ils étaient trop conscients de leur infériorité militaire. En eût-il été autrement que la puissance de l’Occident, sans commune mesure avec celle des nations islamiques, lui eût permis de les contenir.

Aujourd’hui, la donne a changé. La faiblesse militaire du monde musulman n’est plus un handicap. Nul n’est besoin à l’Islam d’être puissant pour s’imposer ; il lui suffit d’exploiter les faiblesses que l’Occident s’impose à lui-même. Le triomphe de l’idéologie des droits-de l’homme dans nos esprits, la perte de l’estime de soi qui caractérise nos sociétés, le triomphe de la mondialisation et de la quête effrénée de marchés pour les économies occidentales, l’ouverture des frontières, tout concourt à l’empiétement d’un monde musulman fort de sa cohésion spirituelle sur un Occident éclaté et matérialiste. Tolérance et droits-de-l’homme obligent, l’Europe et les Amériques permettent aux Musulmans de vivre et de prospérer sur leurs terres sans avoir à faire le moindre effort pour adapter leurs mœurs à celles de leurs hôtes. C’est ainsi que l’Ontario envisage sérieusement d’expérimenter la charia pour les Musulmans vivant sur son sol (2). C’est encore plus facile et plus simple que ce que Boumediène prédisait à la tribune de l’ONU en 1974  : « Nous conquerrons l’Europe par le ventre de nos femmes  ! »

Il va sans dire que, comme toujours, les peuples finiront pas réagir aux abandons de leurs élites. Le conflit de civilisations est inévitable.

__________________________

(1) Le mot dérive de religio « ce qui rassemble », sous-entendu, si on se réfère à la définition que Cicéron en a donnée, autour du culte d’un même Dieu.
(2) Qui dira qui est et qui n’est pas musulman ? Evidemment, les organisations islamiques invoqueront l’interdiction de l’apostasie par l’Islam pour imposer aux « Musulmans d’apparence » un statut juridique dont ils ne voudront pas forcément.
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire