Rapport sur « la refondation de la politique d’intégration ».

Comment la Gauche voit la France de demain

images

    Quarante-neuf « personnalités » pour la plupart tiers-mondistes immigrationnistes très proches des porteurs de valises, dont treize noms à consonance arabe parmi lesquelles j’ai identifié Mohand Hamoumou et deux fils de Harkis, Abdelkader Haroune et Jamel Oubechou, ont donc rendu un rapport sur « la refondation de la politique d’intégration ». Après l’avoir publié sans commentaire sur son site, le Premier Ministre a fait mine de s’en démarquer. Mais je ne peux pas m’empêcher de penser que c’est le fait d’un gouvernement aux abois qui ne cesse de détourner les Français de leurs vraies préoccupations en remuant la m… En effet, les conclusions de ce rapport ont tout d’une nouvelle provocation. Et je serais curieux de savoir si les trois personnes dont j’ai cité les noms en approuvent les conclusions.

    La conclusion générale des rapporteurs consiste à proposer une nouvelle interprétation de la laïcité. A rebours d’une laïcité « orthodoxe ou néo-républicaine attachée à rappeler de façon descendante et universelle ses principes » […], le rapport propose, selon l’Express, de se rallier à « une conception inclusive et libérale de la laïcité, sensible à la fois aux contextes et aux conséquences de sa mise en pratique ». Et d’expliquer : « Faire société commune dans ces conditions ne présuppose pas que ce qui fait le commun soit prédéterminé, préétabli par la société majoritaire et ses élites mais au contraire soit le fruit d’un processus à la fois ascendant et descendant, fait de coopérations, de compromis, d’apprentissages réciproques, de confrontations pour in fine constituer le commun comme nouvelle forme d’universalité au bénéfice de tous ». En clair, il faut tout simplement abroger la laïcité.

    La laïcité est un principe, c’est-à-dire un axiome, un credo, un dogme, qui s’impose à tous les citoyens, quelle que soit la date d’entrée dans la société considérée. Cela signifie que les étrangers ou les Français nés d’étrangers y sont soumis exactement autant et aussi instantanément que les Français dits « de souche ». Par nature, la laïcité, c’est-à-dire la relégation des croyances philosophiques ou religieuses dans la sphère privée, s’impose automatiquement et intégralement à tous comme tous les autres principes fondateurs de la République française comme, par exemple, la démocratie. En proposer une interprétation fluctuante en fonction des circonstances, des personnes, voire des intentions que les uns ou les autres peuvent prêter au législateur, c’est, tout bonnement, abolir la laïcité. Un observateur attentif des revendications communautaristes, notamment islamistes, ne manquera pas de voir dans cette proposition une avancée vers le projet d’instauration de la charia pour les Musulmans de France. Un projet dont je rappelle qu’il est à l’étude dans l’état canadien de l’Ontario et qui pourrait fort bien, compte tenu de la volonté de nos élites à dissoudre jusqu’au principe même de nation française, venir un jour ou l’autre sur le tapis.

    Le lecteur en lira ci-dessous les principales propositions (les sous-titres sont de moi) qu’on pourrait résumer par le triptyque : communautarisme, multiculturalisme, repentance. Je ne les commenterai pas plus si ce n’est pour dire que cela fleure bon l’apartheid à rebours et pour faire remarquer combien le rôle de l’Ecole y est central. En revanche, je vous invite à lire ou relire un extrait de mon livre « La France confisquée » consacré à ce sujet.

Institutionnalisation du communautarisme et du présupposé « multiculturalisme » de la France :

– suppression du terme d’intégration ;                                                                                                                  – reconnaissance des identités multiples et des cultures plurielles ;                                                      – développement des langues vivantes des immigrés à l’école ;                                                               – suppression des règles scolaires discriminatoires concernant le « voile » (autrement dit, autorisation du voile à l’école).

Généralisation de la repentance dès l’école :

– révision des programmes scolaires d’histoire en y intégrant « l’histoire des mouvements de population dans leur globalité », « ceux liés à l’esclavage et à la traite négrière, aux colonisations, à l’immigration économique… »

Dilution voire dissolution de la nationalité française ; discrimination « positive » en faveur des Immigrés :

– ouverture du droit quasi automatique à certaines prestations actuellement soumises à des conditions de nationalité ou de délai de présence sur le territoire national ;                                      – assouplissement des conditions d’attribution du RSA ;                                                                            – suppression des conditions de nationalité pour accéder à un emploi, tant dans les fonctions publiques que dans les secteurs public et privé ;                                                                                             – augmentation du nombre d’étudiants étrangers dans les grandes écoles et les classes préparatoires intégrées ;                                                                                                                                            – renforcement des moyens et des méthodes pédagogiques de l’école pour les enfants en difficulté scolaire dans les écoles où sont scolarisés les enfants des milieux populaires.

Procès en racisme et mise sous surveillance des institutions publiques (police, justice) :

– multiplication des instances de contrôle des droits des immigrés, dont une « cour des comptes de l’égalité » ;                                                                                                                                                   – évaluation de la politique publique tous les 5 ans ;                                                                                    – limitation du recours aux circulaires substitutives de la loi ;                                                                 – création d’un délit de harcèlement racial ;                                                                                                      – revu (sic) des textes « qui comportent des mesures discriminatoires ou dont les effets induits sont des processus discriminatoires » ;                                                                                                                  – création de garanties en matière de sécurité publique, de paix civile et d’atteinte à l’intégrité des personnes et des biens, incluant « l’obligation d’une motivation explicite dans la réquisition des contrôles » ;                                                                                                                                        – renforcement significatif des montants des indemnités de réparations pour faits de discriminations dans le droit du travail.

_______________________________________

Extrait de « La France confisquée », page 166.

L’enseignement public

 « Les maîtres d’école sont des jardiniers en intelligence humaine »Victor Hugo

    […]Des programmes idéologiquement marqués dans le sens antinational. Par exemple : en Histoire, l’apprentissage de l’Islam et de ses conquêtes dès le début du programme de 5è, suivi par l’enseignement des empires africains Songhaï et Monomotapa et des traites négrières, au détriment d’Henri IV, de Louis XIV ou de Napoléon, occultés ou relégués en fin d’un programme hyper-chargé. Et la France en tant que nation y est piétinée, son histoire réécrite et ses fondements falsifiés ou carrément niés[1].

    Mais voici que l’école ne veut plus se contenter d’inculquer des connaissances aux enfants français, de cultiver leur esprit et d’entraîner leur raison ; elle s’est arrogée le droit de forger leurs idées, de guider leurs pensées, de dessiner leurs goûts, leurs penchants, leurs tendances, pour en faire les « hommes nouveaux » conformes à son propre idéal. Depuis trente ans, l’école ne se contente plus d’apprendre à nos enfants à acquérir des connaissances, à développer leur intelligence, à exercer leur raison à penser, à réfléchir, à poser un problème et à le résoudre, à manipuler des idées et des concepts : elle veut leur dire ce qu’il faut penser, elle veut choisir pour eux des idées, les siennes ; elle veut leur imposer des goûts, les siens ; elle veut contrôler leurs penchants. Pour cela, elle n’hésite pas à décréter que telle méthode d’enseignement qui a fait ses preuves pendant deux mille ans (Jules Ferry n’a pas tout inventé) était obsolète, qu’il fallait laisser les enfants découvrir tout seuls (!) ou entre eux. L’enseignement n’est plus un apprentissage mais une activité sociale d’éveil, l’enseignant n’est plus un professeur, un transmetteur de connaissances mais un animateur. Non seulement il n’est plus chargé d’inculquer aux enfants un savoir dont il est réputé détenteur mais il est censé apprendre d’eux (!). Par souci d’égalitarisme, l’école a décidé que la culture est un privilège de classe (voire « de race », elle n’ose pas aller jusque là, mais, au fond, c’est ce qu’elle veut dire) et qu’il ne faut surtout pas traumatiser les élèves issus de milieux « défavorisés »[2] supposés par elle incultes, sans penser que c’est précisément le rôle de l’école de donner des livres à l’enfant qui n’a pas la chance d’être d’une famille où on lit. Et, pour ne pas choquer les nombreux enfants issus « d’ailleurs » (chez les Grecs anciens, on disait simplement « Métèques », sans préjugé aucun) elle s’arroge le droit de triturer l’Histoire, de la saucissonner, de la vider de son sens et d’en expurger tout ce qui, selon elle, pourrait les choquer. Alors, on leur apprend l’Histoire par thèmes, en mélangeant les époques ; en occultant les personnages historiques susceptibles de donner un semblant de prestige et encore moins de supériorité à cette France dont ils veulent faire disparaître jusqu’au nom ; en gommant résolument ceux dont elle juge qu’ils se sont rendus coupables de « crimes », rien de moins, à l’égard des ancêtres de certains de ces enfants ; en leur parlant à tout propos de racisme et d’antisémitisme alors que, l’instant d’avant, ils ne soupçonnaient même pas qu’on puisse haïr pour des questions de couleur ou de religion ; en faisant porter sur la France, donc sur les Français, d’aujourd’hui le poids du colonialisme, de l’esclavagisme, du racisme ; en creusant au sein même de l’école un fossé entre les enfants descendants des réputés opprimés et ceux de leurs préjugés oppresseurs. Or, si les uns se voient comme dépositaires de la mémoire de leurs aïeux victimes, comment, en un effet de miroir, ne verraient-ils pas les autres comme les héritiers de leurs bourreaux ? Comment faire de ces enfants des Français, puisque c’est le but affiché de l’école, si on ne leur apprend pas la France héritière de Rome, mère des sciences et des arts ? Et comment leur faire aimer la France si la seule France qu’on leur apprend est haïssable ? »


[1] Faut-il y voir une volonté de satisfaire les velléités revanchardes et communautaristes des Immigrés français ? Ou, plus sûrement, la mise en ouvre les lubies idéologiques et philosophiques de ceux qui rêvent de faire disparaître la Nation ?

[2] C’est-à-dire « immigrés » mais elle a peur des mots : « arabe » lui semblait trop péjoratif, elle a inventé « maghrébin ». C’est pour cela que seuls les philosophes africains et antillais ont le droit de prononcer le mot « nègre ».

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.