Théorie du genre et bourrage de crâne.

Avec sa « Journée de retrait », une certaine Farida Belghoul met le feu à la médiasphère politiquement correcte.

 3539345_11-0-4050015546_640x280                                                                                          L’école Binet de Meaux a enregistré 40% d’absents lors de la « Journée de retrait »

    Le système est vent debout contre ce que des médias complaisants appellent « rumeur ». Les mots, pour ce faire, ont une importance décisive. « Il n’y a pas d’enseignement de la théorie du genre », clame le ministre de l’Education nationale, le même qui, récemment, disait que cette théorie n’existait pas. Non, il n’y a pas « enseignement » mais « application » de la théorie du genre à l’école car, s’agissant de cette chimère selon laquelle les comportements différenciés selon le sexe sont « des stéréotypes » qu’il conviendrait de combattre dès la maternelle, on n’en est plus à la théorie mais à la pratique.

    La vérité est que, avec leur « ABCD de l’égalité », le duo Peillon/Vallaud-Belkacem en est à la mise en œuvre concrète de prescriptions de l’OMS aberrantes en matière d’éducation sexuelle (voir Standards pour l’éducation sexuelle en Europe – Un cadre de référence pour les décideurs politiques, les autorités compétentes en matière d’éducation et de santé, et les spécialistes), celles de l’UNESCO (Directives internationales pour l’éducation sexuelle) que certains apprentis-sorciers européens essaient de faire passer en force au niveau de l’UE. (Lire Mon blog-notes du mardi 24 décembre 2013). Nos duettistes et leurs comparses n’en sont plus là ; comme à leur habitude, ils font leur mauvais coup en douce, en usant sans vergogne de mensonges et de dissimulation, avec la complicité des médias et de la pseudo-opposition UMP.

    Je ne m’attarderai pas sur le fond de cette affaire car, de ce point de vue, mon siège est fait. Je suis pleinement en accord avec nos concitoyens qui s’alarment des menaces qui pèsent sur la famille. Et je me réjouis de ce qu’un coup très puissant vient d’être porté aux adeptes d’un mondialisme sans foi ni loi, irrespectueux des peuples et assez sûrs d’eux-mêmes pour prétendre se substituer à la Nature (ou à la Création, si on est croyant). Ce que Farida Delghoul vient de faire comptera beaucoup pour la défense en France des valeurs multi-millénaires et universelles qui fondent toute société humaine. La preuve est que le microcosme politicomédiatique a sorti la Grosse Bertha pour tenter de contrer son initiative. Pour ce faire, point d’argumentation mais des manœuvres. Je n’en retiendrai que trois.

    La première consiste à déplacer et obscurcir le débat : on ne parle pas de ce qui inquiète concrètement les familles mais d’enseignement de la théorie du genre à l’école. Ainsi, on instaure une discussion entre sachants, spécialistes et professionnels, c’est-à-dire, entre soi, sur un sujet abstrait et abscons et, par voie de conséquence, on marginalise les parents, par ailleurs réputés nocifs pour leurs enfants car responsables des « stéréotypes » contre lesquels on prétend lutter. Nota bene : depuis quarante-huit heures que je suis pendu aux médias pour savoir ce qu’ils en disent, à aucun moment je n’ai entendu (ou lu sous la plume de) quelqu’un le moindre doute sur la légitimité de l’école à se substituer aux parents dans l’éducation de leurs enfants.

    La deuxième manœuvre consiste à délégitimer l’auteur (qu’on ne compter pas sur moi pour mettre un e à auteur !) de l’opération « Journée de retrait ». Coup de chance pour ses détracteurs, Farida Belghoul est « proche de l’extrême-droite », d’Alain Soral, des Identitaires et, pour faire bonne mesure, de toutes les mouvances qui combattent les réformes sociétales chimériques des Epiméthée qui nous gouvernent, et qui sont préjugées, de ce fait, réactionnaires, racistes et sectaires.

    La troisième manœuvre consiste à stigmatiser les familles. Les amis et complices de Peillon et consorts n’hésitent pas à relever que la plupart des parents qui ont suivi le mot d’ordre sont maghrébins ou turcs. Sous-entendu : en bons Musulmans, ils sont incapables de comprendre tout le bien que l’école républicaine à la mode des Frères peut faire à leurs enfants. Là, on a envie de se pincer le nez car ça ressemble beaucoup à un amalgame, voire à du racisme. Serait-ce qu’on voudrait faire croire aux Français que ce sont les Islamistes qui tirent les ficelles de cette affaire ?

    Parce que je conçois mon rôle comme celui d’un donneur d’alerte, je me contente de proposer ces remarques à la réflexion de mes lecteurs. Pour la faciliter, je suggère d’aller sur le site de Farida Belghoul (jre2014.fr) que j’ai consulté mercredi soir mais qui est, à l’heure tardive où j’écris, « en construction » (?). On lira également, mais c’est moins exhaustif, l’article du site Egalité et Réconciliation consacré à cette iopération. Enfin, la fiche Wikipédia de Farida Belghoul donne une idée de son parcours. Je peux me tromper mais je ne crois pas que ce soit celui d’une communautariste. Le serait-elle, d’ailleurs, que ça ne changerait rien à la valeur et à l’efficacité de son combat pour la préservation de valeurs françaises mais, surtout, universelles. Il s’inscrit parfaitement dans celui des Patriotes français.

________________________________________

Post scriptum. Comme toutes les écoles privées sous contrat, les établissement privés catholiques sont censés appliquer à la rentrée de septembre 2014 l’« ABCD de l’égalité » qui est, comme on vient de le voir, un avant-goût des programmes nés de la théorie du genre. D’ailleurs, elles appliquent déjà des programmes très sujets à caution du même tonneau (sur lesquels je publierai un texte ce samedi). Je trouve l’épiscopat français, dans cette affaire comme dans toutes celles qui tendent à s’attaquer aux valeurs qui fondent notre société, bien tiède, pour le moins. Idem du Pape François. Lors de sa visite au Saint-Siège, François Hollande n’en menait pas large, comme un garnement qui savait qu’il méritait une fessée. Apparemment, il l’a évitée. Il est vrai que l’Eglise catholique participe et bénéficie très largement, comme les autres cultes, d’ailleurs, au système d’arrosage tous azimuts que je décris dans mon livre La France Confisquée.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire