Mon blog-notes du mardi 15 avril 2014.

    Cette semaine, je reviens sur un sujet dont les médias ne parlent plus : la vente de SFR à Altice, une vente révélatrice des mœurs du temps et qui débouchera à plus ou moins brève échéance sur un scandale d’État. Le second sujet est le formidable aplomb des Socialistes qui pratiquent aujourd’hui avec entrain une politique qu’ils ont combattue hier. Enfin, un regret.

arnaud-montebourg-3-avril-2014-lors-passation-pouvoir-bercy-1556461-616x380

    Je ne saurais trop recommander aux Français de prendre quelquefois la peine de regarder sur Public Sénat ou LCP (c’est le même canal) les séances de commissions parlementaires. Je ne suis pas sûr, néanmoins, que leur civisme en soit conforté mais ils y apprendraient beaucoup. Il y a quelques jours, j’ai regardé et écouté dans son intégralité l’audition du Ministre Montebourg par la Commission des affaires économiques et celle des finances de l’Assemblée nationale à propos de la vente de SFR par Vivendi. 

    Pendant quelques instants, je suis resté bouche bée et je n’en ai pas cru mes oreilles. Tous les acteurs de cette édifiante pièce jouaient parfaitement le jeu. Tout était dit de ce que j’ai pu écrire dans mes articles (lire) consacrés à cette affaire et qu’il était bien difficile de trouver dans la presse. Et dans la bonne humeur, avec des traits d’humour et des manifestations de connivence. Mais j’ai vite compris que tout ce beau monde parlait librement d’une escroquerie qui se faisait sous ses yeux uniquement pour se couvrir. Plus tard, quand le scandale éclatera, chacun pourra jurer qu’il l’avait bien dit.

    Il se trouve que, la même semaine, j’ai vu un documentaire* sur le monstrueux accident industriel que fut la fin d’Arcelor et son rachat par Mittal Steel. J’appris à cette occasion que le géant français de l’acier, alors parfaitement viable, avait été acquis par Mittal au prix d’un endettement de 21 mds€ et que c’est là l’origine de la faillite de la filière. Une faillite dans laquelle beaucoup se sont gavés, à commencer par les banques qui ont prêté l’argent. Or, au cours de l’audition de Montebourg, Henri Emmanuelli a beaucoup insisté sur le fait que, pour pouvoir avaler une boîte huit fois plus grosse qu’elle, Altice avait porté son endettement à 19 mds€. Et il a à plusieurs reprises alerté sur les dangers d’une telle situation.

    Ainsi, non seulement la vente de SFR à Altice est une escroquerie politico-financière à laquelle des gens très installés se livrent en connaissance de cause parce qu’ils y trouvent de formidables intérêts mais, de surcroît, elle comporte en germe un accident industriel du niveau de celui d’Arcelor. (A suivre)

    *Triche industrielle de Tristan Thil sera rediffusée ce mercredi 16/04/2014 à 12 h 30 et le 20 avril à 9 sur La Chaîne parlementaire. A voir absolument de même que l’audition de Montebourg.

_____________________________________

Quand les Hollande et Valls adorent ce qu’ils ont vomi.

images (2)

    Les vrais et faux amis de Copé ont beau jeu de se gausser de la disposition des Socialistes au pouvoir à recycler les lois qu’ils n’ont pas votées du temps de Sarkozy et celles qu’ils ont supprimées au cours des deux premières années du quinquennat Hollande. Et il n’y a rien d’étonnant à ce que Valls soit aussi populaire chez les électeurs de l’UMP : il a pioché tout son programme dans celui de Sarkozy. C’en est saisissant. 

    Les Français ont évidemment payé pour savoir que c’était déjà vrai pour les augmentations d’impôts. Après ça, il y a eu le projet de réforme des retraites, celui contre lequel naguère la Gauche mit ses troupes dans la rue.

    Mais c’est sur la réforme territoriale qu’ils font fort. C’est de bonne guerre, direz-vous. Maintenant qu’ils ont perdu deux-tiers de leurs mairies, qu’il s’apprêtent à perdre le Sénat, une bonne dose de Départements et probablement plus de la moitié des Régions, ils auraient tort de se priver d’un mauvais tour à jouer à l’UMP. Et même, à y regarder de plus près, on voit qu’ils n’hésitent pas à aller beaucoup plus loin que la fausse Droite. Par exemple, en faisant des économies sur la protection sociale des Français. (Voir Valls rase gratis !..) Ce devant quoi les Sarkozy boys avaient reculé de peur de voir se dresser des barricades dans Paris, eux l’osent ! Il est vrai qu’ils sont très doués pour nous faire vendre leurs mauvais coups par la presse, leurs agents électoraux (comme Mathieu Pigasse chez Ruquier) et les médias publics (à C dans l’air).

_____________________________________

« Karim » : 3 Autres « décrocheurs » : 0

Plaque-300x198                                                                                                                   Prise de guerre.

  En relatant les faits d’armes de « Karim » (le décrocheur de plaques), j’espérais lancer un mouvement général de désobéissance civique pour qu’on cesse de rabaisser la France en commémorant des dates aussi honteuses que celle du 19 mars 1962. Je m’étais trompé ! Près d’un mois après le décrochage de celle du Pont Bayard (photo), je n’ai eu connaissance d’aucune initiative du même type. Tant pis ! Beaucoup disant, peu faisant !

    A propos, j’ai eu des nouvelles du Pont Bayard. La semaine dernière, j’ai appelé Madame Ghislaine Delmond, présidente du Cercle algérianiste de Toulouse, qui avait organisé les manifestations anti-19 mars 62 dans sa ville. Je lui ai demandé si le nouveau maire, dont elle est conseillère municipale, avait l’intention de renoncer à remplacer la plaque enlevée le 19 mars dernier. Elle m’a répondu qu’il fallait leur laisser le temps de s’installer avant de prendre leur décision. Dont acte !

    Depuis, la plaque provisoire a elle aussi été enlevée. Par qui ? Je ne saurais dire. Personne ne m’a appelé pour revendiquer le fait. (A suivre)

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire