Un gouvernement de combat… pour le PS !

Incapable de diriger le PS, Harlem Désir est jugé digne de gouverner la France.

 Doc1Doc1                                                                                       Harlem Désir, Jean-Marie Le Guen et André Vallini : aucun d’eux n’est à sa place.

    La preuve que le Président de la République et son premier Ministre se désintéressent de l’avenir de la France, c’est qu’ils ont nommé Harlem Désir, universellement reconnu comme mauvais à la tête du PS, au Secrétariat aux questions européennes. Dans la même fournée, ils ont désigné treize autres Secrétaires d’État en veillant, non pas à ce qu’ils s’occupent de questions où ils ont quelque compétence, mais à préserver les équilibres entre les courants du PS. 

    Les deux cas les plus flagrants sont Jean-Marie Le Guen et André Vallini. Le premier, médecin spécialiste de la protection sociale, est nommé aux Relations avec le Parlement ; le second, spécialiste reconnu des questions de Justice et souvent évoqué pour remplacer Christiane Taubira, devient Secrétaire d’État à la Réforme territoriale.

    Ce qui est amusant à connaître, c’est l’identité des membres des cabinets des Ministres. On y trouve nombre de conjoints et d’enfants d’autres ministres. Nous essaierons d’en faire un recensement complet dans les jours qui viennent.

Pendant ce temps, la corruption et le népotisme institutionnalisés.

    Les Socialistes sont des spécialistes de l’invention de dispositifs curieux permettant de contourner la démocratie et les lois. C’est ainsi qu’en 1983, ils ont institué la possibilité de nommer des élèves énarques et des hautes fonctionnaires « au tour extérieur », c’est-à-dire, hors concours. Depuis, tous les ministres et édiles locaux ont adopté le système, ce qui leur permet de nommer qui ils veulent où ils veulent.

    C’est ainsi que Fadela Amara, titulaire d’un CAP de comptabilité, a été nommée Inspectrice générale des affaires sociales, le plus haut poste de l’administration française (9 000 € mensuels + frais + primes diverses et variées), en dehors des règles qui réservent ce titre à des hauts fonctionnaires ayant exercé plusieurs années. Un quart des membres de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) est issu de l’ENA et, en principe, sorti du premier quart du classement.

    Dans le même genre, Benjamin Stora, autoproclamé, avec l’onction des médias, spécialiste de l’Histoire de l’Algérie, y compris de l’Algérie française, ce qui lui permet de se livrer à une véritable réécriture de celle-ci en faveur de ses amis fellaghas, Benjamin Stora, donc, a été nommé Inspecteur général de l’éducation nationale en 2013.

    Mais le « fait du prince » est devenu banal et très largement utilisé pour caser des dizaines de milliers de militants politiques et de proches d’élus, souvent des « bras cassés » et, le plus souvent encore, pour des emplois fictifs rémunérés très largement au-dessus de ce qu’autoriseraient leurs compétences. Pour l’illustrer par quelques exemples, je reproduis cet article lu dans fdesouche.com car il est parfaitement sourcé.

    • La Région Midi-Pyrénées vient  de recruter Jérémie Martin comme chargé de mission. Ce trentenaire originaire du Gers n’est autre que le fils du ministre de l’écologie Philippe Martin. Le même Jérémie aura notamment pour collaborateur le frère du ministre délégué aux Anciens combattants, Kader Arif, siégeant aux côtés de son père sur les bancs des ministres.  Voix du midi 10-02-14

    • Salomé Peillon, fille du ministre de l’Education nationale, embauchée au poste de chargée de mission culturelle à l’ambassade de France en Israël. Scoop it Février 2014

    • Thomas, le fils de Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, a été embauché par la Société nationale immobilière (1,3 milliard d’euros de revenus, 275.000 logements sociaux en gestion) à un poste très élevé pour cet élève moyen d’une école de commerce moyenne. Le Monde janvier 2014

    • Clémentine, la fille de Martine Aubry est administratrice de l’auditorium du musée du Louvre. Pure people

    • Jean Sarkozy, né en 1986, fils de Nicolas Sarkozy, est vice-président du conseil général des Hauts-de-Seine depuis 2011. Il est également administrateur de l’Établissement public d’aménagement de la Défense Seine Arche. A noter que Jean Sarkozy est élu et que c’est dans ce cadre qu’il exerce à l’EPAD. Il n’y a pas là népotisme au sens plein du terme. Wikipedia

    • Marie-José Roig, maire UMP d’Avignon et ex-députée, a salarié son fils à l’Assemblée de 2007 à 2012, pour un salaire brut de 5 208 €/mois. Midi Libre Octobre 2013

    • Philippe, fils de Bernard Derosier, président socialiste du conseil général du Nord s’est retrouvé directeur juridique de l’institution alors qu’il n’est même pas titulaire du concours de la fonction publique territoriale lui permettant d’être dans ce fauteuil. Archives Lepost 2012

    • Michel Delebarre, sénateur maire (PS) de Dunkerque, a fait l’objet d’une enquête préliminaire à la suite d’un dépôt de plainte pour prise illégale d’intérêt pour cause d’embauche de sa fille et de son gendre à la communauté urbaine de Dunkerque, qu’il préside. L’Express 2012

    • Elvire, fille du  président (PS) du Nord-Pas-de-Calais, Daniel Percheron, postule au poste de n°3 du Louvre Lens. Celle qui s’est imposée comme l’incontournable « Mme Culture » de la région, bien qu’elle ne soit que membre du cabinet de son père, recueille déjà les faveurs du jury. L’Express 2012

    • A Puteaux, Joëlle Ceccaldi nomme son fils super adjoint. Le maire UMP a créé la surprise en confiant toutes les délégations les plus importantes à son fils. Le Parisien, mars 2014

    • Pierre Bachelot, fils de la ministre de la Santé Roselyne Bachelot, a été nommé à la direction générale de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé. Le Point 2010 Avant cela, il avait suivi sa mère dans toutes ses fonctions, tant électives que ministérielles, à des postes de choix. Dans la famille Bachelot, c’est une tradition. Roselyne doit son siège de Député à son père Jean Narquin qui le lui avait cédé en 1988 pour cause de cumul exagéré. Il avait à l’époque cinq mandats ! Mais, pour que l’argent ne sorte pas de la famille, la fille avait recruté son père (66 ans à l’époque) comme… assistant parlementaire. Ça ne s’invente pas !

    • L’Office régional de tourisme d’Ile-de-France, organisme financé par le conseil régional d’Ile-de-France, est qualifié de « machine à piston » par Le Canard enchaîné, qui l’accuse de recaser les enfants, conjoints ou amis des élus franciliens. « Sur les 186 salariés recensés, l’hebdomadaire satirique a relevé une vingtaine de noms qui lui étaient familiers. L’épouse d’un maire et ex-député UMP de la région, un secrétaire général du parti, la fille de la vice-présidente PS de la région, la fille d’un conseiller de l’Élysée, le fils d’un conseiller régional Vert, l’épouse d’un autre élu écologiste… De quoi légitimement faire naître le soupçon: le CRT servirait-il de débouché professionnel aux proches des élus franciliens ? » Figaro 2012

    • Le mari de Najat Vallaud-Belkacem est un des conseillers de son collègue Ministre, Arnaud Montebourg. Le mari de Fleur Pellerin est membre du Cabinet de Marylise Lebranchu. Claude Bartolone, Président de l’Assemblée Nationale a directement embauché son épouse. Notrecourbevoie 2012

    • Amin Khiari, fils de la vice-présidente PS du Sénat et Algérienne Bariza Khiari, nommé directeur général de l’EPADESA. Source 2013

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.