Décryptage.

Groββ Deutschland, ganz kleine Frankreich…

allemagne-carnaval-merkel-hollande-politique-france                                                                                Grande Allemagne, toute petite France…

    En 2014, le FMI attend une croissance de 1,2 % en zone euro. Pour la France, ce sera 1 % en 2014 et 1,5% en 2015 ; pour l’Allemagne 1,4 % et 1,6%. Et la presse de titrer sur le modèle allemand en panne. L’Humanité parle déjà de le jeter aux oubliettes. Les autres journaux ne sont pas en reste. Le Figaro : « L’Allemagne en « déclin » : des économistes donnent l’alerte. » Marianne : « Le modèle allemand est un échec ». Le Monde : « Brutal coup de frein à la croissance en Allemagne .» La Tribune : « Pour en finir avec le modèle allemand. » L’Expansion : Le modèle économique allemand est-il en perte de vitesse ? » Slate.fr : « La fin du miracle économique allemand ? »

    Jeter le bébé avec l’eau du bain, une spécialité de nos élites toujours promptes à montrer la paille qui est dans l’œil du voisin sans jamais voir la poutre dans le sien. L’expérience prouve d’ailleurs qu’il ne s’agit pas de cécité mais de complaisance, voire de complicité, avec un pouvoir qui, en matière de presse, a pouvoir de vie et de mort. Quand il s’agit de se comparer avec l’étranger, les médias, les observateurs et commentateurs de la vie politique, y compris ceux qui font profession d’opposition, tous patentés, sont aux ordres. C’est particulièrement flagrant pour l’Allemagne.

    Oui, la croissance allemande sera plus faible que prévu en 2014 et en 2015. Mais celle de la France également. Et elle restera inférieure à celle de nos voisins. Surtout, compte tenu de la démographie, les conséquences sur les Peuples ne sont pas les mêmes ici qu’outre-Rhin. En effet, rapportés au PIB par habitant les 1% et 1,5% de croissance prévus par le FMI pour 2014 et 2015 deviennent, compte tenu de la démographie, -0,02% et +0,57%. Rapporté en pouvoir d’achat, cela signifie que les Français, qui seront 277 790 de plus en 2014 par rapport à 2013, et 278 967 de plus en 2015 qu’en 2014, disposeront pour vivre de 179 € de plus cette année que l’an dernier et 337 € de plus l’an prochain que cette année.[1]

    En théorie ! Car la purge fiscale qui se monte à 21,7 mds€ (15,8 mds€ d’impôts sur le revenu et 5,9 mds€ de TVA) est déjà, à elle seule, 1,2 mds€ supérieure à la croissance. Des hausses d’impôts supportées par les classes moyennes et moyennes supérieures, ces mêmes qui voient, dans le même temps, rogner le peu de droits sociaux qui leur restent encore. Je passe par pertes et profits l’augmentation des tarifs de services publics comme, par exemple, la redevance télé (ils sont tellement bons, les gavés de France télévisions, qu’il faut bien les récompenser !), les prix du gaz et de l’électricité, celui du timbre, etc. toutes nettement au-delà de l’inflation.

    Dans le même temps, les Allemands auront disposé pour vivre de 401 € de plus en 2014 et de 440 € en 2015. Nets ! Car ils n’ont subi et ne subiront aucune augmentation d’impôts. Apparemment, ils ne s’en plaignent pas et Madame Merkel n’a aucunement l’intention d’y changer quoi que ce soit. Il faut dire qu’en juillet 2014, le chômage était à 4,9% en Allemagne contre 10,3% en France. « La France a fait le choix du chômage ! », a dit le Premier Ministre Valls à Londres. Bah ! alors, de quoi se plaint-on ?



[1] Ce, nonobstant la différence de performance entre l’€uro-mark l’€uro-franc. (Oui, ça existe ! La monnaie unique est une fiction. Voir La France confisquée)

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire