Ce sont les immigrés, les responsables des ghettos, pas la France.

    Je voulais simplement répondre à un lecteur mais le sujet est trop vaste et délicat pour être survolé. C’est pourquoi je poste ma réponse ci-dessous. D’autant plus que ça vaut pour Malek Boutih, assez fin rhétoricien pour se faire passer pour un diseur de vérité tout en flattant les immigrés (ses électeurs ?) dans le sens du poil (ce matin sur France Culture).

Les Musulmans de France sont massivement salafisés.

6756392                                                                                                           Des fillettes voilées dans une école privée musulmane à Toulouse, en mai 2011.

    Il faut arrêter de taper sur la France. Depuis 50 ans, la France accueille massivement des gens qui fuient la misère et la dictature. Ici, ils ont trouvé des logements qu’elle a fait construire pour eux à une époque où des paysans français victimes de l’exode rural vivaient dans des bidonvilles, j’en témoigne. Non, les seuls musulmans auxquels la France a fait du mal, ce sont les Harkis, ceux-là même qui l’ont défendue quand les fellaghas inventeurs du terrorisme l’ont attaquée à la manière des Kouachi et des Coulibaly, en se référant à l’islam et en criant les mêmes « Allah ou akbar ». Des terroristes que nos pères musulmans ont combattus les armes à la main et l’ont payé par les massacres de 1962 et la relégation dans des camps de concentration et de travail.

    La responsabilité de la situation des immigrés africains incombe à eux-mêmes. Ceux d’entre eux qui ont la volonté de s’en sortir peuvent le faire. Les autres sont victimes, je parle des enfants d’immigrés, non de la France mais de leurs parents qui ont négligé leur éducation au profit de l’investissement dans leur pays d’origine : chaque année, 4 mds€ sont envoyés en Afrique, dont 2 pour le seul Maroc, par des immigrés qui préfèrent vivre ici dans des cités et se construire des villas dans leur pays d’origine. La responsabilité incombe à ceux qui, lorsque la mère de leurs enfants vieillit, font venir du bled des femmes jeunes et alimentent la polygamie, ce danger mortel pour leur propres enfants ; un phénomène que les HLM et les organismes de sécurité sociale et d’allocations familiale gèrent sous le vocable trompeur de « ménages monoparentaux ». La responsabilité de cette situation incombe aux élus locaux, dénoncés par Malek Boutih ces jours-ci (ce matin sur France Culture et dans le Point), qui favorisent le système pour en profiter électoralement. Mais elle incombe encore plus à l’UMPS et à ses satellites atlantistes qui, depuis trente ans, ont décidé d’imposer aux Français, quoi qu’il leur en coûte, le modèle américain communautariste.

    Revoir la politique d’immigration, ce n’est pas, comme je l’ai entendu ce matin sur France Inter à l’encontre de Marine Le Pen, obliger les Patriotes à vivre avec des immigrés qui n’aiment pas la France[1], c’est obliger ceux-ci à vivre comme ceux-là. Par exemple, si ghettos il y a, à en sortir par leurs propres moyens comme d’autres l’ont fait. Et empêcher ceux qui salissent la France tout en profitant de ses bienfaits, de contaminer les autres.

    Mais, surtout, c’est décréter un moratoire : zéro immigrant pendant tout le temps qu’il faut pour intégrer, si c’est encore possible, ceux qui sont ici et éradiquer la dérive islamiste inhérente à la salafisation des esprits. On parle toujours du soufisme en essayant de faire croire que les Musulmans de France sont en majorité des adeptes de cette philosophie : c’est un pur mensonge, une escroquerie qu’on entend souvent dans la bouche de gens comme Nicolas Domenach, Thomas Legrand ou le piérouge Bernard Guetta. Le soufisme est mort et bien mort sous les coups des salafistes qui le considèrent comme un athéisme. Or, les salafistes gouvernement non seulement dans les pays du golfe mais aussi au Maroc, ce que beaucoup de Français ne savent pas. Et, là, le danger pour la France et l’Europe est MORTEL car les immigrés marocains sont les plus nombreux et les plus fanatisés.

    M. G…, vous êtes musulman, vous défendez votre religion et vous avez bien raison. Mais, réveillez-vous ! Vous ne vous en sortirez pas tant que vous considérerez qu’il s’agit de religion : il s’agit de politique. En politique, ce sont les plus nombreux qui décident pour tout le monde. Or, en France, et c’est heureux, mais jusqu’à quand ?, ce sont les non-musulmans les plus nombreux. En France, les musulmans ont toute latitude pour vivre en conformité avec leur foi mais dans le respect de la LOI française, comme ont fait et font nos parents ; comme font les juifs de France, comme font les évangélistes, comme font les bouddhistes, comme font les athées. En démocratie, on ne peut vivre ensemble que si on accepte des concessions et si on en rabat sur ses propres exigences : si les musulmans veulent que la France adopte et accepte TOUT l’Islam, ils seront bien déçus. Or, c’est exactement ce que les islamistes réclament AVEC LE SOUTIEN DE MUSULMANS DE PLUS EN PLUS NOMBREUX : ils ne veulent pas renoncer à l’apostasie ; ils revendiquent la polygamie ; maintenant, ils veulent l’application de la charia pour les musulmans… Ils veulent la nationalité française tout en vivant comme des étrangers. Ils veulent la soupe et la chorba !

    Tout ceci est conforme au discours de gens comme Ghaleb Bencheikh, qu’on a pu entendre ces jours-ci – pas assez, à mon goût – ou Abdelwahab Meddeb, décédé récemment, mais dont vous pouvez réécouter l’émission du vendredi Culture d’Islam sur France Culture. Evidemment, ces deux théologiens ET philosophes qui proposent que l’islam opère une révision déchirante mais nécessaire de ses dogmes pour les rendre compatibles avec la République n’ont pas la cote auprès des islamistes fondamentalistes ; mais vous devriez les écouter attentivement, M. Garah, au lieu de vous en prendre aux Français qui s’inquiètent pour l’avenir de leur pays.

   Quant à François Bayrou, c’est le modèle absolu de la clique politique française, immigrationniste, européiste, atlantiste, mondialiste, responsable de la situation actuelle de notre pays, de sa décadence et des menaces qui pèsent sur lui, responsable, je le dis clairement, du terrorisme islamiste dont nous ne vivons actuellement que les prémices. Pour mémoire, et ça intéressera le fils de Harki que, sauf erreur, vous êtes, Bayrou a, lors de sa venue à Montpellier en 2005, parlé des enfants de Harkis comme des enfants de l’immigration. Je connais de meilleures références.

 ________________

[1] Lire cet interview du « franco »-algérien Sofiane Feghouli sur RTL.

Ce contenu a été publié dans Nation, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

18 réponses à Ce sont les immigrés, les responsables des ghettos, pas la France.

  1. Manuel dit :

    Tout est dit avec les arguments issus du vécu et pas des contrevérités de la bienpensance.
    Mais contrairement à, vous Kader, je ne pense pas que l’islam puisse se réformer pour s’adapter à la République française car l’islam vient du coran, donc de la parole d’Allah qu’un musulman ne peut mettre en doute.
    Il y a des beaucoup de musulmans intégrés en France mais il ne sont pas pratiquants ou sont de « mauvais » musulmans. Un bon musulman ne considère qu’une seule nation, celle de l’islam.
    Un ami d’enfance voit ses filles de 11 et 13 ans se voiler même à la maison alors que leur mère (et grand-mères) ne l’a jamais été pas ni dehors ni dedans. Il a essayé de leur dire d’enlever le voile mais elles l’ont aussitôt accusé d’apostat. Les musulmans intégrés en laissant faire, sont complices du salafisme et ils n’iront pas contre leur volonté tant que les politiques français seront également des complices (actifs ou passifs). Je suis assez pessimiste et ne vois pas de solution. car les salafistes se multiplient et les autres musulmans suivent peu à peu.

  2. Bureth sauveur dit :

    on á toujours parlé en France des attentats de l.OAS mais pas du FLN, heureusement que nous avons Kader pour dire avec courage la verite. bien á toi

  3. ZERAOUNE (SAÏDA) et (MASCARA) dit :

    Merci à tous ,et a Kader en particulier…
    Depuis 62 on nous prend pour des demeurés !!!!! A quand la révolution ????
    Un Papé de 76 ans qui a honte d’être Français …..
    Vive le FN ….

  4. domichel dit :

    Moi, j’ai peur malgré tout de l’avenir pour mes proches, et nos concitoyens, car ces politiques qui ne veulent pas mettre des mots sur les maux actuels ne regardent pas la vérité. Comme beaucoup d’entre vous, j’ai vécu à Oran et ailleurs des moments pénibles et douloureux, et nous avons quitté ( j’avais 10 ans) le quartier bouclé sous la mitraille, un soir de juin 62 pour la France ; des amis ont disparu à jamais, en juillet 62. (Européens et Arabes). Le spectre de ces souvenirs rejaillit depuis quelques jours et je me dis : qu’ont-ils fait ces gouvernants depuis 50 ans pour que nous méritions ça ?

  5. gudule dit :

    Je ne parlais pas de la guerre d’Algérie mais des précédentes 1914-1018, et 1939-1945 je m’excuse j’aurais du le préciser. Et en aucun cas de la guerre d’Algérie.

    • Kader Hamiche dit :

      Même en 14, il n’y a pas eu les rafles massives que les Algériens qui font des films avec l’argent français essaient de nous faire gober. Les Algériens se sont battus au même titre que tous les citoyens de France. Et beaucoup d’entre eux, dont mon grand-père maternel (25 ans d’Armée française) se sont engagés.
      Quant à 39-45, on essaie de nous faire croire que ce sont les soldats de l’Empire qui ont « libéré Paris, libéré Strasbourg, acculé Hitler dans son nid d’aigle » et, bientôt, inventé la pénicilline. Pas de pot : les Piénoirs d’Algérie à eux seuls constituaient 40% des effectifs militaires venus d’Afrique et d’Outre-Mer.
      Quoi qu’il en soit, une chose est sûre : entre 1955 et 1962, 450 000 Français musulmans d’Algérie ont servi dans l’Armée française (5 fois + que dans l’ALN). Et ça, ça « les » fait bien ch.., les fellaghas et leurs copains porteurs de valises.

      • Monrose dit :

        L’effectif à partir de 1955 ( massacre d’El Halia en Aout) passe à environ 450.000 hommes en Algérie. Le service militaire est porté au delà de la durée légale, entre 27 et 30 mois. Parmi eux, 30 % environ de « Français musulmans » ou encore de FSNA, suivant la terminologie officielle. Ils sont majoritaires dans certaines unités ( Tirailleurs algériens) avec un encadrement FSNA très important, y compris officiers supérieurs. Les unités de réserve générale ( essentiellement Légion, paras) , d’autres d’intervention ( certains RI) comportent aussi des musulmans. Certains régiments sont totalement noirs comme le 8ème RPIMA. Les autres servent au quadrillage ou au bouclage.
        N’oublions pas aussi les forces supplétives , qu’on regroupe commodément sous le nom de Harkis, mais qui en comprenaient bien d’autres: les GMPR ( devenus GMS), les employés de SAS à calot rouge ( Mokhrasnis), et les civils armés de fusils de chasse qui gardaient les centres de regroupement ( devenus les « patriotes » lors des années noires du GIA ).
        Dans certains coins , les Groupes Mobiles de Police Rurale étaient plus nombreux que les Harkis, mais participaient aussi aux OP. Il y en avait aussi dans les DOP ( détachements opérationnels de Police) à qui les fells ou ravitailleurs « coxés » étaient transférés au retour d’OP.

  6. gudule dit :

    J’ai oublié de vous dire que je trouvé votre texte très juste même si parfois vous y allez un peu fort car la réalité n’est pas si manichéenne que vous voulait bien le dire. Je ne suis plus croyant l’islam de mes parents n’a jamais fait trembler la republique . Ils étaient analphabètes et toutes l notions que l’on nous abreuve leur échappaient. Cet islam a disparu au profit d’un islam politique que l’on doit combattre. Cet islam connait les ressorts de la démocratie et sait s’en servir
    Pour finir depuis 2011 au nom de l’islam des groupuscules se livrent à des exactions innommables qu’avons nous fait il a fallu que cette folie nous touche pour que l’on ouvre les yeux.

  7. gudule dit :

    Je n’ai jamais penser que Bayrou était une référence lors de la présidentielle nous avons pu voir que les problématiques autour des anciens harkis lui échappait Je parlais de sa proposition’ de reformer en profondeur la société. Je ne suis pas dupe il a été au pouvoir avec l’UMP il n’a rien fait. Je suis fils d’un ancien harki et j’approuve les propos d’Azzedine. Je voudrais dire aux autres francais qu’ils ont de la chance que notre communauté dans son plus grand nombre est restée dans la republique.
    Malgré les trahisons de De Gaulle et des politiques et l’indifférence des autres français dont le summum a été l’insulte de Bouteflika. Nous ne pouvons compter que sur nous même. La France aime les gens qui l’aiment du bout des lèvres. M.Hamiche vous étes virulent contre les marocains à juste titre même s’il ne faut pas généraliser ne pensez vous pas que la communauté algérienne surtout depuis 1975 et les regroupements familiaux a fait plus de mal à la France d’autant plus qu’ils jouissent de privilèges inhérents à leur statut d’anciens départements français. Je voudrais aussi tordre le coup à cette idéologie qui consiste à nous faire croire que les indigènes se battaient pour défendre une idée de la France car ils l’aimaient. Le plus souvent ils étaient contraints et forcés comme les français’ d’ailleurs d’où de nombreuses désertions. Voir les études de Guy pervillier ou la biographie de messaly hadj.

    • Kader Hamiche dit :

      M. G., vous me décevez beaucoup.
      Vous dites que l’amour de la France n’était pour rien dans l’engagement des Harkis. A vous lire, c’était pour la gamelle ; chez vous, peut-être, chez moi, non ! Mais comme vous prenez vos informations chez nos ennemis et ceux qui ont porté leurs valises, je comprends que vous ne sachiez pas la vérité.
      Du coup, vous parlez de « nombreuses désertions ». Très grossière erreur car il y en a eu 6000 en tout et pour tout en plus de 7 ans de guerre, en comptant celles provoquées par la débâcle de 1962. Beaucoup d’officiers de Harkas, en effet, ont conseillé à leurs Harkis de rejoindre le FLN pour éviter les représailles. Un très mauvais conseil car les fellaghas ne les ont pas épargnés et, même, se sont acharnés sur eux.
      Je ne suis pas « virulent » contre les Marocains ; je dis ce qui est, à savoir qu’ils sont très islamisés et que, le jour où ils s’y mettront, ce sera une autre affaire. On y vient, d’ailleurs, puisque parmi la fine équipe belge qui vient d’être démantelée, il y a, pour la première fois, il me semble, des Marocains. Et aussi des Tchetchènes : c’est dire qu’on n’en a pas fini.
      Le fait que, jusqu’à présent, on ait surtout vu des Algériens tient à la chronologie de l’immigration maghrébine : l’immigration algérienne est plus ancienne d’une génération. Que les Algériens viennent d’anciens départements français est au contraire un facteur « diluant », si je puis dire, de la tentation terroriste.
      L’immigration marocaine massive, elle, est contemporaine de la radicalisation de l’islam. Je peux la dater du début des années 1980 ; c’est à ce moment-là qu’on a vu apparaître des types à grande barbe, djellaba et babouches (sandales mais je préfère dire « babouches ») faire tous les appartements des cités pour pousser leur coreligionnaires à pratiquer cet islam inconnu en Algérie qui nous a mené là où nous sommes aujourd’hui.
      Enfin, cher M. G., si les Harkis, ne devaient compter que sur eux-mêmes, vous pouvez enterrer dès maintenant vos rêves de reconnaissance. D’ailleurs, il faudrait aller les chercher, ou, plutôt, aller chercher leurs enfants, dans les mosquées où leurs ennemis leur bourrent le crâne. Les Harkis – et les Piénoirs – ne seront reconnus que quand les Français auront compris qu’on les trompe depuis 1954. Autrement dit, ils seront reconnus quand les Patriotes se seront donné les moyens de le faire.
      On y travaille.

      • jany dit :

        On y travaille Kader, tous (Harkis et pieds-noirs )devons restaurer la Vérité !
        Je déplore aussi les propos de M.G. qui est peut-être trop jeune pour connaitre l’Histoire qui leus a été cachée. Je pense qu’il a subi le formatage pervers donné par nos politiques et médias, qui ont souvent traité les Harkis de traîtres !
        La méthode actuelle de l’islam radicale est la même qu’il y eut en Algérie, c’est à dire l’intimidation sur les plus faibles et il y a longtemps qu’elle a commencé. C’est toujours à but politique !
        Je veux dire une dernière chose à notre ami,en tant qu’enfant d’Oran, je me souviens de l’amour de la France porté non seulement par les Harkis mais aussi par de nombreux musulmans avant que les égorgeurs arrivent. Chacun respectait la religion de l’autre parce que Français avant tout.
        Cordialement

  8. Agnès ERHART dit :

    Cher monsieur Hamiche,
    C’est toujours avec le plus grand intérêt que je lis vos articles et je suis admirative de votre lucidité ! J’ai passé mon enfance et mon adolescence à Oran, et je garde une nostalgie indestructible de ce beau pays qu’était l’Algérie. Je ne peux retenir mes larmes de chagrin et de honte quand j’évoque le sort des Harkis qui ont été payés de tant d’ingratitude ! Ce sont les seuls qui auraient eu des excuses à détester la France, et pourtant vous lui avez pardonné. Cinquante ans après l’indépendance, nous sommes victimes plus que jamais de cette idéologie criminelle qui anime la gauche française et nous a conduits à la situation actuelle. Merci de vous battre jusqu’au bout pour tenter de réveiller l’esprit critique des français !

  9. Monrose dit :

    Pour 95 % des Français qui ont tout oublié, voici la liste des attentats du FLN pour la seule métropole durant un mois et demi en 1958, De Gaulle régnant (110 morts !).

    Fin août 1958 le FLN porte la guerre en métropole : dans l’intention de s’opposer au référendum sur l’établissement de la cinquième république ; pour mobiliser la communauté algérienne en métropole et afin d’inciter la France à garder ses soldats sur le sol métropolitain pour alléger la charge des combattants sur le sol algérien ; le FLN a réalisé de nombreux attentats en métropole.

    Chronologie des différentes actions du 25 Août au 30 Septembre 1958 en Métropole:
    25 Août 1958 à 0 heure :
    * Marseille et Narbonne : incendie des dépôts pétroliers à Lavéra, La Mède, Saint-Louis, les Aygalades, Cap Pinède, Port de Marseille, Mourepiane.
    * Paris : attaque du garage de la Préfecture de police : 3 gardiens de la paix tués. Attaque d’une fabrique de munitions dans les faubourgs de la ville, 4 policiers tués.
    * Vincennes : 1 brigadier de police tué.
    * Toulouse : 2 cuves de supercarburant incendiées soit 1.200.000 litres.
    * Port La Nouvelle: 10 cuves contenants 8 millions millions de litres de fuel sont la proie des flammes.
    * Frontignan : tentative d’incendie de la raffinerie Mobil Oil – 5 bombes découvertes.
    * Le Havre : sabotage et incendie à la raffinerie ESSO de Notre Dame de Gravenchon.
    * Alès (Gard) : incendie de dépôt de carburant.
    * Cagnes sur Mer : sabotage de la voie ferrée, un train déraille.
    * Var : incendie de la forêt pour disperser les moyens de secours.
    * Paris : voiture de police attaquée – 3 policiers blessés.
    27 Août 1958 :
    * Martigues-Lavéra : 1 jeep est attaquée – 1 brûlé.
    * Mourepiane : nouvelle explosion – un quatorzième réservoir menace d’exploser. A Mourepiane, plusieurs jours après, des bacs brûlent encore, et l’un d’eux explose. On compte dix-sept blessés ou disparus parmi les sauveteurs. (Lire)
    * Narbonne : une douzaine de réservoirs de carburant en flammes.
    * Île-de-France : Ivry incendie du dépôt de véhicules militaires – 3 policiers tués, un blessé ; Gennevilliers : incendie du dépôt de carburant ; Porte des Lilas : un commando tente de forcer un barrage de police ; Villacoublay : tentative de sabotage du terrain d’aviation ; Paris : un sous officier en permission est assassiné dans le métro.
    * Salbris : sabotage de la voie ferrée Paris-Vierzon.
    * Vincennes : échec du sabotage de la cartoucherie – un policier tué.
    – 28 Août 1958 :
    * Rouen : 4 bases d’essence sous la proie des flammes au Petit Quevilly.
    La raffinerie du Grand Quevilly est incendiée.
    * Mourepiane : nouvelle menace, le dépôt toujours en flammes.
    * Paris : 1 sous-officier tué, trois autres blessés. Une bombe, posée par le F.L.N. algérien, est découverte sur la Tour Eiffel.
    29 Août 1958 :
    * Conflans (Seine et Oise) : une usine de papiers abrasifs incendiés.
    * Saint Pierre du Perai : établissement de forage entièrement détruit.
    * Tentative de sabotage du Port du HAVRE.
    30 Août 1958 :
    * Incendie aux usines SIMCA à Poissy
    * 1 militaire tué au métro Montparnasse
    * Paris : 2 soldats français assassinés dont un égorgé. Une passante est blessée.
    – Tentative de sabotage de l’office d’action économique et touristique.
    * Port-Saint-Louis du Rhône- tentative de sabotage contre un dépôt de carburant
    * Saint-Maur – une voiture de secours routier attaqué.
    * Ales (Gard) : nouvelle tentative de sabotage contre les cuves de stockage de fuel. le dépôt de fuel d’Alès est saboté, mais la tentative de destruction du gazomètre échoue.
    * Le Havre : tentative de sabotage de l’usine Des Marais.
    * Saint Pierre du Perray : un chantier de forage est détruit.
    1er Septembre 1958 :
    * Tentative de faire sauter le Rapide Paris-Toulouse.
    * Aérodromes d’ORLY et du BOURGET placés sous haute surveillance.
    * Paris : un militaire est assassiné métro Montparnasse, un autre poignardé rue d’Alésia. Un dépôt de matériel militaire est incendié rue des Poissonniers.
    2 Septembre 1958 :
    * Mesures exceptionnelles à Paris ; le Ministre de l’intérieur interdit de circuler aux Nord Africains de 21h30 à 5h30.
    * Incendie criminelle aux usines Simca de Poissy.
    * Assassinat à Paris d’un para.
    * Un avion est saboté à Orly.
    3 Septembre 1958 :
    * Melun-Villaradu : tentative de sabotage de la base aéronautique d’essais.
    * Paris : un soldat français est assassiné rue de Metz ; une voiture de police est mitraillée.
    * Des explosifs découverts à Marseille.
    * Nouveau sabotage d’un entrepôt d’essence à ALES (Gard).
    4 Septembre 1958 :
    * Lyon : deux postes de polices attaquées – un gardien de la paix blessé.
    * Marseille : violente explosion à bord du paquebot  » Président CAZALET « , sept blessés, un mort des suites de ses blessures
    6 Septembre 1958 :
    * Lyon : le gardien de la paix blessé est décédé à l’hôpital. Troisième tentative d’attentat sur un autre commissariat de police à Lyon.
    * Bordeaux : attentat à la bombe à Bègles à la société Puzfina.
    * Paris, Rue de Charenton (XIIè) : deux soldats français appelés tués.
    * La Boisse (Ain) : attentat manqué contre un centre de E.D.F.
    * Echange de coups de feu à la base aérienne de VILLACOUBLAY.
    * Lyon : un gardien de la paix tué.
    * Drôme : sabotage sur la voie ferrée.
    * Grenoble : le sabotage de la poudrière et de l’usine Pechiney est empêché.
    8 Septembre 1958 :
    * Marseille : mitraillage contre un dépôt d’essence à la rue de Rove.
    * Saint-Etienne : agression contre un policier.
    * Paris : deux sous officiers assassinés
    * Bégles : des bombes non explosées découvertes au dépôt de carburant.
    9 Septembre 1958 :
    * Lyon : trois incendies.
    * Sabotage d’une voie ferrée dans la Drôme, mitraillages de cafés en région parisienne.
    * Marseille : explosif aux Ayglades, grenade et dynamite (qui fort heureusement n’explose pas) à l’usine à gaz. Charge d’explosifs découverte aux Aygalades. Engin explosif découvert dans une autre usine à Gaz.
    * Knutange : deux européens égorgés.
    * Lyon : la tentative de sabotage de la centrale électrique échoue.
    * Villacoublay : la tentative de sabotage de l’aéroport échoue.
    * Roanne : deux policiers blessés.
    * Elbeuf : 1 policier blessé.
    10 Septembre 1958 :
    * Découverte de plastic sur les rails de train Roussillon.
    11 Septembre 1958 :
    * Paris : Fusillade boulevard de Belleville – 2 gardiens de la paix blessés.
    Faubourg Montparnasse : 1 brigadier poignardé blessé gravement.
    * Metz : Un capitaine blessé.
    * Joinville le Pont : 3 militaires blessés.
    * Tentative de sabotage sur l’express Lyon-Bordeaux en gare De BROTTEAUX.
    * Sabotage en gare de Nîmes-Courbessac.
    * Lyon : deux agents de police attaqués.
    * Sabotage sur la voie ferrée Lyon-Paris.
    * Nîmes : trois attentats manqués.
    * Martigues : deux gendarmes mitraillés.
    * Marseille : bombe à la préfecture des Bouches-du-Rhône, trois blessés.
    * Paris : 4 Cars de police mitraillés, nombreux blessés.
    * Pont-sur-Sambre et Bussière-sur-Sambre (Nord) : deux fermes incendiées.
    * Entre Milhaud et BERNIS (Gard), sabotage signalisation de la ligne de chemin de fer.
    12 Septembre 1958 :
    * La voie Lyon-Genève sabotée.
    15 Septembre 1958 :
    * Paris : attentat contre le Ministre de l’Information Jacques Soustelle : un passant tué et trois autres blessés.
    16 Septembre 1958 :
    * Marseille : 3 attentats ; 1 char d’assaut saute au camp militaire Furon : 1 mort, 5 blessés ; le commissariat de police commissariat de la Capelete est mitraillé ; tentative de sabotage d’un dépôt de pétrole ; une bombe dans un colis postal.
    * Compiègne : incendies.
    * Lyon : attentat à la mitraillette.
    * Havre : sabotage des usines Saint-Gobain.
    * Paris : fusillade à la rue de Rivoli
    * Villeparisis : 1 militaire blessé.
    * Sèvres : attentat contre le commissariat de police – Incendie.
    * Auteuil : un car de police attaqué.
    * Offlarde (Nord) :incendie de forêt.
    * Mourges (Pas de Calais) : mitraillage d’un camion.
    * Courneuve : sabotage contre un camion de gaz butane contenant 35 000 litres.
    * Pont-sur-Sambre : incendie de la scierie Hulin.
    18 Septembre 1958 :
    * Marseille : une bombe découverte.
    * Martigues : découverte d’une caisse de munitions dans le port.
    * Saint Etienne : un ouvrier est assassiné à coup de pioche.
    * Paris : un gardien de la paix tué rue Didot dans le 14ème arrondissement à coup de revolver.
    19 Septembre 1958 :
    * Courrières (Pas-de-CALAIS) : incendie devant le pont de la batterie.
    * Toulon : tentative de sabotage 9 navires de l’escadre de la méditerranée. Les sous-marins (DAUPHIN) et le cuirassé (JEAN BART) objectifs des sabotages.
    * Paris : une voiture de police mitraillée rue de Gravillers ; deux blessés par balle avenue de la grande armée.
    20 Septembre 1958 :
    * Colombes : Explosion aux usines Kléber-Colombes – 2 ouvriers tués et 28 blessés, dont 7 graves.
    * Havre : tentative de sabotage du relais de télévision et des PTT ; un car de police attaqué – 1 policier blessé.
    * L’Hay-les-Roses : un car de police attaqué à deux reprises.
    * Aulnay sous bois : un inspecteur de police assassiné.
    * Lyon : un poste de police mitraillé, 5 policiers et 2 civils blessés.
    * Paris : un commissaire de police tué. Le commissaire de police Chenine est découvert dans sa voiture, dans le 7ème arrondissement. Ligoté, torturé puis étranglé.
    22 Septembre 1958 :
    * Paris : une bombe à retardement à la Tour Eiffel et de la RTF.
    * Nanterre : attaque de l’usine SIMCA.
    * Vitry : alerte à la centrale électrique.
    * Aubervilliers : 1 car de police attaqué – 1 policier blessé.
    * Metz : 1 sous officier tué.
    23 Septembre 1958 :
    * Boulogne sur mer : un car de police attaqué – 1 policier blessé.
    * Marseille : tentative de sabotage contre un dépôt de matériel militaire.
    24 Septembre 1958 :
    * Alsace : sabotage voie ferrée (rails déboulonnés).
    * Turin : bombe dans un chargement de voitures en provenance de France.
    * Boulogne : mitraillage d’un car – 1 policier tué
    * Bordeaux : 1 brigadier de police blessé
    25 Septembre 1958 :
    * Chaville : bombe dans le central téléphonique.
    * Rouen : attentat manqué contre l’usine à gaz du Grand Quevilly.
    26 Septembre 1958 :
    * Bourg-Saint-André, Andeol, Saint-Remetz (Ardèche) : tentative de sabotage contre la station radar.
    * Rouen : commissariat central mitraillé – 2 policiers tués, 3 blessés.
    * Paris-Montargis : sabotage de la voie ferrée.
    27 Septembre 1958 :
    * La Courneuve : attentat à l’usine d’éthylène.
    * Bombe dans le train paris Turin.
    * Marseille : Une patrouille de gendarmes attaquée.

    Ce premier mois de l’attaque du F.L.N. en métropole se solde par 110 morts guère plus que les mois précédents, mais les morts ont changé de nature, il ne s’agit plus des règlements de compte entre FLN et MNA ou de liquidation de récalcitrants, il s’agit de soldats, gendarmes, policiers. Et passants. Sans compter les sabotages.
    Le 27 août, le ministre de l’intérieur crée un « service de coordination des affaires musulmanes » ; il aura fallu deux ans et demi de guerre civile, de meurtres pour qu’enfin le gouvernement mette en place une structure adaptée en métropole.
    Sans vouloir jouer les Cassandre, il faut relire les pages journalières de cette époque pour comprendre ce qui nous attend et voir les erreurs (identiques) de nos gouvernants en attendant la trahison ultime. De Gaulle ose déclarer le 19 septembre 1958 (un an avant son revirement honteux):
    « Je ne comprends pas que certains puissent encore croire en la vertu de chimériques négociations, comme si le meurtre et la terreur étaient des titres suffisants pour devenir un interlocuteur valable, comme si l’indépendance une fois reconnue, il resterait quelque chose sur quoi négocier ».

    • Kader Hamiche dit :

      Ce rappel vient à point pour faire comprendre aux Français ce qui pourrait arriver à la France si notre gouvernement ne prend pas immédiatement les mesures pour lui épargner une véritable tragédie. Une mesure en tout cas est d’une urgence absolue : mettre dans l’impossibilité d’agir ceux que nos services de sécurité ont d’ores-et-déjà identifiés comme susceptibles de le faire, c’est-à-dire les renvoyer chez eux s’ils sont binationaux ou étrangers.
      En effet, ce qui a facilité le passage à l’acte des fellaghas en Métropole, c’est la possibilité, en tant que Français, de circuler librement. Or, même aujourd’hui, s’il est difficile de trouver des gens capables de tuer de sang-froid et de prendre des risques, il est beaucoup plus facile de convaincre de jeunes écervelés d’aller poser des bombes.
      Les terroristes ne sont peut-être pas encore prêts pour cela mais je crois qu’il est inutile d’attendre qu’ils nous en préviennent.

      • Azzedine dit :

        Tout à fait d’accord avec vos propositions:
        Toute personne identifiée INCONTESTABLEMENT comme une éventuelle TERRORISTE doit être expulsée sans délais, si elle est binationale ou étrangère.
        Si la personne a été naturalisée, il faut la déchoir de la nationalité Française comme le prévoir l’article 25 du code civil qui dit notamment « Si la personne est condamnée pour un acte qualifié de crime ou délit constituant une atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation » Mais également « Si elle s’est livrée au profit d’un Etat étranger à des actes incompatibles avec la qualité de Français et préjudiciables aux intérêts de la France »
        Pour celle qui est née en France obligation de pointer régulièrement auprès des services de police, afin d’avoir un suivi sans pour autant que cela soit très coûteux.

        Il faut en effet ne prendre plus aucun risque, L’EXPULSION doit-être désignée comme un antidote à la radicalisation islamique.

        Merci Kader de ton blog, qui nous permet de faire des échanges constructifs.

  10. Azzedine dit :

    Mille félicitations !!!!
    Oui vous avez raison comme toujours excellent !!!
    Je suis l’un des témoignages incontestables de la vérité, engagés, parqués, puis oubliés. Nos pères se sont en effet engagés jadis pour défendre des intérêts communs. Aujourd’hui, (comme hier d’ailleurs) tout leur donne raison…
    Nous avons été parqués dans des camps grillagés, loin des regards, loin d nos compatriotes Français de souche car nous étions aux yeux de certains des Français Musulmans malgré EUX !!! Nous avons été oubliés, oubliés hier, oubliés aujourd’hui et si on ne fait rien oubliés demain.
    Honte à nos édiles qui se partagent le pouvoir depuis plus de 50 ans, honte à eux de laisser cette population Musulmane EXEMPLAIRE dans l’indifférence. Jamais la population Harkie n’a été agressive. Nous avons toujours essayé de faire entendre nos voix pacifiquement et de surcroît en respectant scrupuleusement les lois du pays qu’ont choisi nos Pères.
    Les événements que nous connaissons amplifient la discrimination, le racisme… à notre égard car nous ne possédant aucun signe distinctif de notre respect des valeurs de la République.
    J’arrête ici mon propos, car vous êtes tous ici informés…
    Merci à toi, Kader.

  11. cecilia dit :

    Quoi dire de plus, Kader ? On vit dans un pays de sourds et d’aveugles, cela me fait peur. Oui, je sais , la peur n’évite pas le danger. Toutes les personnes qui réagissent sur les articles nombreux qui passent à ne allure folle , n’intéressent pour la plupart que les retraités. Qui va se battre ? Les forces vivent sont prisent par la vie souvent difficile . Travailler pour survivre à une vie de moins en mois captivante. A quel saint se vouer, à quel Dieu ? Les soucis sont devant nous. Tant de bonnes personnes sont mortes pour notre liberté. Paix à leurs âmes ! Nous avons affaire aux forces du mal. Que dieu ait pitié de nous ! Ne baissons pas les bras ! Merci, Kader, d’éclairer les personnes encore dans les ténèbres ! Il y en a que trop hélas ! C’est pour cela que nous vivons dans un tel marasme. A+ Kader !

  12. salessy dit :

    Comme toujours, EXCELLENT de vérité. Mais à quoi cela pourra-t-il bien servir si personne ne réagit ?
    Le pouvoir est « vide », il suffit de le prendre; souvenons nous du 13 mai. Et pour ça, il faut, en secret, s’y préparer puis AGIR. Qui le fera ?

Laisser un commentaire