Le Front National, dernier refuge de la démocratie ? (2)

Marion ne veut pas de Gollnisch comme Président de PACA

téléchargement

    « Familles, je vous hais ! » C’est, après « on n’est trahi que par les siens ! » ce que Jean-Marie Le Pen a dû se dire en lisant l’interview de sa petite-fille au Figaro.fr. Elle n’a pas perdu de temps, la Marion. Marion Maréchal (c’est ainsi qu’il l’appelle dorénavant) vient d’opposer une fin de non-recevoir à la proposition de son grand-père. Elle s’est déclarée ok pour un « ticket » mais pas avec Gollnisch. Et elle explique clairement pourquoi : Gollnisch est trop vieux ! Elle a dû penser que son grand-père voulait la marier. 

    On va me prendre pour un vieux grognon mais je trouve ses raisons consternantes. Le jeunisme comme doctrine, argument et stratégie, c’est peut-être bon pour vendre des vêtements mais, en politique c’est un peu juste. Mademoiselle Maréchal comprendra un jour qu’un type de soixante ans, c’est un jeune de vingt-cinq avec quarante ans d’expérience. Pour l’heure, j’ai l’impression que cette petite a attrapé la grosse tête. A vingt-cinq ans, et alors qu’on n’a encore rien fait sinon ramasser l’héritage de Papy (et bénéficié de l’aide de Jacques Bompard pour devenir députée du Vaucluse grâce à une triangulaire, mais on sait depuis les Départementales que la mémoire et la reconnaissance ne sont pas son fort), donner des leçons de manière aussi péremptoire à un personnage de la stature de Bruno Gollnisch, c’est une terrible faute. Et pas seulement de préséance vis-à-vis d’un aîné et de respect pour son grand-père : c’est une faute politique d’une portée que son amateurisme et, justement, sa jeunesse, ne luit permettent pas d’évaluer. Mais le mal est fait !

    Marion Maréchal veut incarner, dit-elle, « la génération qui vient et le renouveau ». Qu’est-ce que ça signifie ? Qu’elle veut devenir présidente de la Région PACA grâce aux voix des gens de son âge, les vingt-cinquenaires ? C’est peu de dire qu’il lui en manquera ! Elle vise les 20-40 ans ? L’INSEE nous dit qu’ils représentent moins de 4% de l’électorat de la Région PACA. A supposer qu’ils aillent tous voter pour elle, il lui faudra en convaincre au moins sept fois plus pour s’imposer. Apparemment, le calcul élémentaire n’est pas au programme des études de droit ! Voudra-t-elle tenter de convaincre les électeurs plus âgés : ce serait déjà revenir sur sa déclaration intempestive et tonitruante. Marion vient de commettre sa première boulette ; malheureusement pour elle et pour le FN, elle est de taille.

    D’abord, elle vient de donner aux médias matière à alimenter le formidable feuilleton qui, ce matin, leur échappait. Les Français n’aiment pas qu’on lave son linge sale en public et les ennemis du FN le savent : ils vont s’en donner à cœur joie. Ensuite, elle vient de se faire un ennemi irréductible et de taille en la personne de Bruno Gollnisch. Enfin, elle compromet en une seule interview le processus de réconciliation interne rendu possible par les prises de positions responsables de Jean-Marie Le Pen. Total : quoi qu’il arrive maintenant, la perspective de gouverner la Région PACA, considérée comme l’une des trois gagnables avec Nord-Picardie et Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon, s’éloigne pour le FN. Et on peut augurer que beaucoup d’électeurs d’autres Régions seront refroidis par le spectacle donné par certains de ses cadres. L’incapacité à penser collectif est, à moins d’avoir déjà beaucoup prouvé, politiquement rédhibitoire.

____________

L’interview de Marion Maréchal au Figaro.fr.

    LE FIGARO. – Jean-Marie Le Pen a encore surpris lundi quand il s’est prononcé en faveur de Bruno Gollnisch à la présidence de la région…
    Marion Maréchal. – Cela est d’autant plus ambigu, qu’il ne me l’avait pas présenté comme tel durant notre conversation. Mais tant mieux car je lui aurais dit, dès le départ, qu’il n’en était absolument pas question. Si je ne suis pas complètement fermée à l’idée d’un ticket – et il appartiendra à Marine Le Pen de trancher et si elle me le demande je le ferai -, en revanche, je n’accepterai pas d’en faire un avec Bruno Gollnisch.
    LE FIGARO. – Pourquoi ?
Marion Maréchal. – Il n’y a aucune attaque personnelle car Bruno Gollnisch est un homme intelligent et d’expérience. Mais ce n’est pas envisageable parce que cela ne me correspond pas, ce serait brouiller les pistes et ce serait incompréhensible politiquement. Qu’on le veuille ou non, en termes d’image, il incarne le Front d’une certaine époque, qui me semble un peu révolue. Du fait de mon jeune âge, j’espère incarner la génération qui vient et le renouveau. Je ne me reconnais pas dans sa ligne, même si je sais que l’on nous met souvent dans le même lot mais c’est un raccourci grossier et faux. Moi, je suis clairement dans le Front national de Marine Le Pen.
    LE FIGARO. – L’avez-vous dit à Jean-Marie Le Pen ?
Marion Maréchal. – J’ai dit clairement à Jean-Marie Le Pen que je ne souhaitais pas une candidature sous tutelle. Si je dois mener cette candidature, je le ferai avec mes équipes et ma façon de faire. Il était d’ailleurs parfaitement d’accord avec cela en me disant que je ne devais pas m’inquiéter et qu’il ne pratiquerait pas l’ingérence. Il m’avait simplement suggéré de mettre Bruno Gollnisch en position éligible mais rien de plus.
    LE FIGARO. – Personnellement, comment aborderez-vous la question du cumul des mandats ?
Marion Maréchal. – Le problème se posera différemment selon l’existence ou pas d’un ticket à la tête de la région. J’ai voté pour la loi sur le non cumul entre un exécutif local et un mandat national. Celle-ci s’appliquera en 2017 mais une chose est sûre: si je suis amenée à prendre la direction de la région, je démissionnerai de mon mandat de députée avant 2017.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Le Front National, dernier refuge de la démocratie ? (2)

  1. ODIN dit :

    Je suis ravi d’apprendre que dorénavant je fais partie des Has Been. Si tu n’en veux pas ………

  2. Miane dit :

    Pendant que nous nous creusons pour savoir comment et avec qui nous pourrions arriver à reprendre le pouvoir aux oligarchies dominantes, et qu’éventuellement nous nous querellons entre nous a propos des solutions , les pouvoirs en place prennent en commun des mesures législatives coercitives voire punitives a l’égard de tous ceux , qui, du vrai peuple de France, auraient l’outrecuidance de vouloir rétablir le peuple dans toutes ses libertés republicaines , face à l’état dominateur.

    Quant au fond des problèmes  » du Front « ,Je préfère voir se décanter la situation entre « nos protagonistes historiques ou generationnels » en espérant qu’à la fin de leurs manœuvres stratégiques, le ou les gagnants n’auront pas renie les valeurs essentielles du droit , de l’histoire et de l’honneur qui sont pour l’instant toujours bafoués.

  3. tiar dit :

    En effet MARION MARECHAL qu’elle donne aussi la chance a BRUNO GOLLNISCH que le meilleur gagne par la voix du peuple c’est de là qu’on verra comment elle ce battra

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.