Robert Ménard, maire ou communiquant ?

Pour faire passer ses délires, Robert Ménard se présente en Chevalier blanc sur son propre journal Boulevard Voltaire (Pub gratuite !) En revanche, il ne répond pas à ses administrés. C’est pourquoi je lui adresse une nouvelle lettre ouverte. 

« Réponds, Ménard ! Les Biterrois veulent savoir ! »

Cette fracture entre le peuple et le monde médiatique est d

    Formidable Robert Ménard ! Décidément, tu n’as plus aucun surmoi ou, plus simplement, tu as perdu tout sens commun. Non seulement tu te sers de ta position de maire de Béziers pour soigner tes propres névroses et régler tes comptes avec tes anciens amis de la sphère politiquement correcte (dont tu as été pendant quarante ans) mais tu n’hésites pas à te livrer à une auto-interview dans TON journal pour justifier tes dérives de maire de Béziers. Il serait peut-être temps que tu cesses de pratiquer le mélange des genres, non ? 

    D’une certaine façon, c’est assez amusant car, ainsi, j’ai la réponse à une lettre recommandée avec accusé de réception que je t’ai adressée il y a deux mois. C’était à propos du journal municipal que je t’accusais – ça tient toujours – d’utiliser à des fins personnelles. Pour que nos lecteurs comprennent bien, je te demandais, en tant que citoyen et électeur de Béziers, de ne plus utiliser le journal municipal pour régler tes comptes personnels avec tes adversaires politiques locaux. Depuis lors, plusieurs numéros du Journal de Béziers ont été entachés d’un abus du même genre.

    Par exemple, tu as consacré trois pages du numéro du 1er avril à l’inauguration de la rue Hélie Denoix de Saint-Marc et une à un règlement de compte avec le Midi Libre. Sur Hélie de Saint-Marc, je pense comme toi que c’est un héros national auquel l’Histoire – comme au Colonel Bastien-Thiry – rendra un jour justice. Mais tu as rabaissé ce nom illustre en le donnant à une sinistre ruelle de lotissement du quartier immigré de la Devèze au lieu de le réserver à une belle artère du centre-ville. A se demander si ton inconscient d’ancien gauchiste anticolonialiste n’a pas, là, pris subrepticement sa revanche ! Était-il pertinent de consacrer trois pages du journal municipal, rédigées dans le style d’une proclamation de guerre civile, à une manifestation par définition clivante ? N’était-il pas plus pertinent, et plus dans le rôle d’un édile municipal garant de la paix civile, d’expliquer aux Biterrois en quoi le Commandant Hélie Denoix de Saint-Marc était digne des honneurs qui lui étaient rendus ? Quant à la page consacrée au règlement de tes comptes avec le Midi Libre, elle n’avait tout simplement pas sa place dans le Journal de Béziers.

    Dans le numéro suivant, les deux pages centrales du bulletin sont un cri de victoire suite à l’élection de « tes » trois candidats aux… Départementales ! En quoi cela regarde-t-il le bulletin municipal ? Là encore, tu aurais pu veiller à ce que l’information soit la plus sobre et la plus neutre possible. Au lieu de quoi, on a droit à (majuscules d’origine, manque l’article) « RÉPUBLICAINS », DONNEURS DE LEÇONS, ONT SUBI UNE CUISANTE DÉFAITE, assorti d’un « Ce soir, c’est le grand chelem ! » Le texte de l’article est dans la veine des communiqués de victoire qui caractérisent le Journal de Ménard, euh, pardon ! le Journal de Béziers.

    Dans le numéro suivant, le Midi Libre a encore droit à une page où il est accusé de désinformation à propos du budget de la ville parce qu’il a consacré 16 lignes à « Ménard » contre 64 à l’opposition. Et alors ? Le Journal de Béziers est-il le lieu pour s’en plaindre ? Tu revendiques un « droit de tirage » sur le Midi Libre. Pourquoi, dans ce cas, ladite opposition n’a-t-elle droit DANS LE BULLETIN MUNICIPAL qu’à trois colonnes en page 26, assorties d’un commentaire sardonique d’une rédaction à ta solde ? C’est marrant mais, quand tu étais copain des Francs-Maçons, nombreux sur ta liste, tu n’as jamais, avant de virer ta cuti, mis en cause le très franc-mac Midi Libre ! Aujourd’hui, si on en croit les slogans utilisés contre lui dans le Journal de Béziers (« Midi Libre ment ! Midi Libre est militant ! » sur l’air de « Radio Paris ment, Radio Paris est allemand ! », tu l’assimiles carrément à un organe nazi, reprenant ainsi contre tes ennemis des accusations dont ils t’abreuvent ; comme quoi, tu n’as pas perdu tes réflexes d’ancien gauchiste !

    Enfin, le dernier numéro du Journal de Béziers a consacré 6 pages à la polémique sur les fichiers que tu a lancée sur France 2 (lire Quand les saltimbanques plombent le combat patriotique), un dossier introduit par une interview de ta personne (présentée comme un édito. Il faudra expliquer la différence à ton rédacteur). De toute évidence, tu instrumentalises ta fonction de maire et le bulletin municipal censé en rendre compte. Ce faisant, tu agis comme un aventurier et un charlatan politique, que tu es, à des fins de promotion de ta personne et de tes provocations. Ce n’est pas à la hauteur d’un homme politique digne de ce nom. Et ce n’est pas ce que tes administrés attendent.

    Tout dans ce que tu fais depuis un an que tu es maire de Béziers montre que ton rêve n’est pas de diriger une ville mais un journal. Tu crois que l’accession à la magistrature municipale te le permet grâce à la multiplication du budget communication (opaque) par quatre. Tu te trompes ! Réveille-toi, Robert ! Tu n’es plus un journaliste mais un élu du peuple. Ou alors, fais-toi embaucher par tes anciens copains de Médiapart et du Canard enchaîné !

PS. Je t’écris incessamment sous peu une nouvelle lettre recommandée avec accusé de réception à propos des « écrivains » que tu invites à Béziers pour faire la publicité de leurs livres sous couvert de « conférences ». J’ai assisté à celle d’Eric Zemmour (45 mn chrono d’auto-promotion). Sachant qu’il prend plus de 10 000 € par conférence, je te poserai la question de savoir combien cette fumisterie en faveur de tes copains (Zemmour, ton ancien ennemi intime, Philippe de Villiers, Philippe Bilger, qui a voté Hollande, Laurent Obertone, André Bercoff, et d’autres qui suivront en toute opacité) coûte aux contribuables de Béziers (troisième ville la plus pauvre de France !).

______

En marge : une rencontre de conciliation entre Ménard et le Midi Libre aurait tourné en eau de boudin. C’est dans Libé mais lire quand même.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

16 réponses à Robert Ménard, maire ou communiquant ?

  1. jacques dit :

    la france a besoin de rassembler tout les patriotes pour faire face à la pensée unique gauche droite et front natinal….
    on fera le bilan de Mr le Maire de Beziers à la fin de son mandat..FIN DE LA RECREATION
    A.

    JACQUES

  2. Kader Hamiche dit :

    A un commentaire de M. Alain-Michel Zeller (lire ci-dessous), j’ai répondu en finissant par des mots qui ne lui étaient pas destinés (deux phrases que j’ai supprimées). Je viens de lui écrire pour m’en excuser.

    M. Zeller

    Je vous écris ce mot d’excuses, si tant est qu’il puisse rattraper ceux malheureusement publiés dans ma réponse à votre commentaire du 22 mai. Les dernières phrases de ma réponse ne vous étaient évidemment pas destinées. Elles s’adressaient aux groupies du Maire de Béziers qui m’assaillent de reproches et d’insultes.

    Ceci étant, je suis fatigué qu’on me demande, au nom du combat pour des valeurs, de ménager un type, que je connais très bien, qui ne les partage pas et que je considère comme un nuisible. Je veux bien qu’on discute le contenu de mes articles, pas leur principe même. Et encore moins quand ils sont étayés et argumentés. Tout le monde fait comme si j’étais ennemi par principe de Robert Ménard en oubliant ce que j’ai écrit sur la commémoration du 5 juillet (lire « Mon blog-notes du 8 juillet 2014 ») ou sur la crèche de Noël (« A Béziers et en Vendée, l’anti-France s’attaque au Petit Jésus » 5/12/2014) ou encore, quand il fait front, sans jeu de mots, face à l’anti-France (« Vu à la télé » 5/12/2014). Autrement dit, on veut que je lui cire les pompes mais pas que je commente son action ? Niet !

    Quant à l’union tant prônée pour, par exemple, s’opposer au projet de stèle d’Aix, je ne demande qu’à soutenir et accompagner une initiative de nos grands sachems comme Thierry Rolando, par exemple, et Madame Simon-Nicaise, qui ont parrainé le jumelage de Perpignan avec Mostaganem par le piérouge UMP Jean-Marc Pujol. Et j’attends avec impatience une grande manif où tous les élus piénoirs de mairies UMP ou PS de communes où il y des rues ou des pont du 19 mars 1962 (comme l’adjointe au maire de Toulouse Ghislaine Delmond) défileraient après avoir renvoyé leur Ordres du Mérite et leurs Légions d’Honneur. Une manif qui pourrait être conduite par le piérouge Cazeneuve, par exemple, Ministre de l’Intérieur, et où marcheraient côte-à-côte les quelque 200 députés, sénateurs, ex-députés ou ex-sénateurs nés piénoirs en Algérie ou enfants de.

    Encore toutes mes excuses, M. Zeller.

    Kader Hamiche

  3. VERGNAUD dit :

    Je regrette beaucoup que vous soyez extrêmement vindicatif à l’égard de Monsieur Robert MENARD, Maire de Béziers, que vous critiquez sans cesse et n’hésitez pas à reproduire tous les commentaires bien entendu critiques qui ont les mêmes pensées que vous.
    Qui peut croire que vous ne recevez aucun commentaire favorable à notre Maire démocratiquement élu étant donné que JAMAIS vous ne diffusez de commentaires des personnes qui le soutiennent et qui l’approuvent.
    Les PIEDS-NOIRS le soutiennent et cela semblent vous contrarier ! Auriez-vous préférer que ce soit un maire socialiste à sa place de maire ?
    Si vous aviez été présent dans sa liste d’élus sans doute vos opinions seraient différentes, non ?
    Actuellement vous prétendez vous situer à droite, mais votre comportement et vos écrits laissent plutôt à penser le contraire.
    C’est pourquoi je vous demande instamment de me rayer de la liste des destinataires de votre « journal » dès réception de ce message.
    Salutations.

  4. Germain LOPEZ dit :

    Vos commentaires et réponses à ceux qui ne sont pas tout à fait d’accord avec vos analyses laissent transpirer trop de rancoeur et c’est regrettable. Dans l’ensemble, j’ en approuve leur pertinence, mais la radicalité de vos propos m’indispose. Je suis piednoir et je ne pense pas être un béni-oui-oui vis à vis d’élus, de quel que bord soient-ils, qui ne pensent à eux et aux harkis, qu’à la veille d’élections et qui les oublient sitôt les résultats acquis… Alain ZELLER n’est pas piednoir, mais, à l’image de son père, le Général André ZELLER, il donne le meilleur de lui-même (Cf. son livre « Un long oued pas si tranquille ») pour défendre les valeurs auxquelles vous, comme moi, tenons, à savoir: l’honneur de ceux qui se sont battus pour la France, qui en défendent sa grandeur et sa dignité, et qui militent contre sa décadence au rythme des cérémonies de repentance et autres commémorations type « 19 mars 1962 » .

    • Kader Hamiche dit :

      Paroles, paroles ! Des conseils, encore des conseils ! « Trop de rancoeur ! », dites-vous. Ce n’est pas de la rancoeur, Monsieur, c’est de la haine. Une haine lucide nourrie à l’expérience. Un proverbe arabe dit : « Quand vous vous faites avoir une fois, c’est la faute de l’autre ! Deux fois, c’est votre faute ! »
      Qui se sent morveux se mouche. Si vous ne vous reconnaissez pas dans ceux que je vise, je ne vois pas en quoi mes propos peuvent vous indisposer.
      S’agissant de M. Zeller, que je ne connais pas et qui n’a aucun titre à me donner quelque conseil que ce soit, fût-il le fils de son père, il me demande d’épargner Ménard au nom d’une cause que ledit Ménard a découverte après l’avoir ignorée et d’une certaine façon combattue pendant 40 ans. Je dis niet ! Et je maintiens que tous les PN et tous les patriotes devraient en faire autant.
      Ceci étant dit, la cause piénoire n’est pas l’alpha et l’oméga de la vie politique française, surtout quand, encore une fois, les PN la confient au premier menteur qui leur dit : » Je vous ai compris ! » Ménard est un aventurier et un malfaisant qui a réalisé une OPA sur l’électorat piénoir et FN de Béziers. Il aurait pu le faire oublier en se montrant digne de la charge que les électeurs lui ont fait l’honneur de lui confier. Au lieu de quoi, il se comporte comme le charlatan médiatique qu’il est. Et cela ne sert pas les Biterrois. Donc, je le combats comme le combattent beaucoup de nos concitoyens qui ont cru en lui et l’ont aidé à prendre la mairie. CQFD ! De quel droit M. Zeller, ou vous, ou d’autres, vous permettez-vous de m’en blâmer ?

      NB. Votre commentaire et ma réponse seront les derniers publiés sur ce thème.

      • Franck COZOLINO dit :

        Cette réponse montre bien à quel point vous refusez la contradiction à vos écrits.
        C’est ainsi que vous écrivez pour couper court à toute soumission à vos idées « très libérales » (n’est-ce-pas ?) vous semblez refuser que Germain LOPEZ ne revienne sur vos critiques.
        Vous semblez ne pas beaucoup aimer les Pieds-Noirs qui ne pensent pas come vous. Continuez ainsi et ils vous le rendrons BIEN !

  5. zeller alain michel dit :

    Prendre parti dans ce qui ressemble furieusement à un règlement de comptes internes dont vos lecteurs n’ont cure, ne sera pas mon fait.
    En revanche il semble déplorable que vous mettiez votre talent à cela.
    Votre lettre n’a de réel intérêt que si elle sert la cause à laquelle nous sommes si attachés : la défense de notre patrimoine et de notre province assassinée d’outre-méditerranée où tant des nôtres ,toutes origines confondues,ont tant donné!
    Ne serait-il pas moins stérile en ce moment, par exemple, de provoquer une vaste campagne contre l’invraisemblable et scandaleux déni de Vérité élémentaire que constitue le projet de stèle à l’Île d’Aix à la gloire des 5 chefs fln?
    Sincèrement.AMZ

    • Kader Hamiche dit :

      On ne gagne pas une cause en se rangeant derrière ceux qui vous ont craché à la gueule pendant 40 ans. Les Piénoirs sont toujours prêts à marcher derrière le premier aventurier venu ; nous, les Harkis, l’avons payé cher. Ménard s’est occupé de droits-de l’homme durant trente ans sans jamais s’intéresser aux enfants de Harkis qui vivaient dans les camps de concentration et de travail du Gard et de l’Hérault pendant que leurs pères étaient torturés dans les prisons du FLN. Alors, si vous voulez croire en Ménard, comme vous avez cru en De Gaulle, c’est votre affaire. Moi, je ne marche pas et je dis pourquoi. Si vous êtes sourd, c’est votre problème.

      Par ailleurs, je suis citoyen de Béziers et ce sont les Biterrois qui sont en première ligne. C’est sur Béziers que Ménard braque les projecteurs non pour son action politique – il n’en a aucune – mais à cause de ses délires. Et ce sont les Biterrois qui paient pour ses caprices alors qu’il touche 5 400 € par mois comme maire.

      S’agissant de la stèle d’Aix, je suis sûr que vous serez assez couillus, vous et vos semblables, pour la démonter comme vous avez démonté la plaque « 19 mars 1962, fin de la guerre d’Algérie » du Pont Bayard, à Toulouse.

      Quant à ce blog, c’est le mien. Je ne suis le supplétif de personne et surtout pas de gens qui passent leur temps à pleurnicher mais ne sont même pas foutus de décrocher des plaques qui, à chaque coin de rue, leur rappellent leurs défaites et font honneur à leurs égorgeurs. D’ailleurs, quand j’ai proposé à mes lecteurs de s’approprier ce blog en participant à la création d’un organe d’information en ligne, je n’ai reçu que 34 réponses positives dont moins de la moitié de PN. En faisiez-vous partie ? Non !

      • macia dit :

        Je vous donne raison M. Hamiche.

      • ODIN dit :

        EXCELLENT !

      • angel dit :

        Bnsoir Kader
        j’ai lu avec beaucoup d’attention ,la réponse que vous faites !
        je suis pied noir et je ne suis pas le 1er aventurier venu comme vous dites !à suivre qui que ce soit .
        J’ai voté miterrand ,en 81 on a vu le résultat … ensuite j’ai voté pour la droite (Sarko) qu’en est -il ?? alors .. qui reste -il ?? les autres qu’ont ils fait ?? sinon nous ponctionner ,et nous faire envahir par tt sortes d’étrangers .
        Je comprends que vous ayez de la rancœur comme nous Pn l’avions eu quand nous avons été virés de notre pays !
        Mais le temps ,efface beaucoup de blessures ,et il nous faut avancer …sinon vous connaissez la femme de Lot qui se retourne sur son passé et devient statue de sel Jésus nous appelle à avancer à le suivre ,lui qui est lumière et nous appel sur le chemin de la vérité et de la vie !
        Passez une bnne soirée
        bien amicalement
        pierre

        • Kader Hamiche dit :

          Je parle de ceux qui me reprochent de critiquer Ménard alors qu’il s’est souvenu à 61 ans qu’il était piénoir. Vous ne mettez quand même pas Ménard au niveau de Mitterrand ? Ou, encore mieux, de Jésus ?

          • angel dit :

            je ne fais pas de comparaisons entre Mitterrand et Ménard ,quand à Jésus il nous demande d’être miséricordieux et de nous aimer les uns les autres tel était le but de mon message bnne soirée

      • Venard dit :

        Je suis de ceux qui lisent depuis des années votre blog mais c’est la première fois que je vous écris. Et là c’est pour vous dire que rejoins tout à fait l’opinion de votre lecteur, M. Alain Zeller, auquel vous faites une réponse d’un mépris qui m’indigne. Son seul nom patronymique aurait dû vous interpeller et vous éviter le ton blessant de vos propos… Ni pied-noir ni gaulliste, il fut et reste comme moi un amoureux de cette terre qui eut dû rester française, à laquelle nous étions prêts à tout sacrifier pour qu’elle le restât et dont les enfants vaincus, après avoir tenté (chacun avec ses moyens) d’en sauver quelques uns, continuent de pleurer toutes les victimes, harkis ou civils, que le pouvoir gaulliste livra à leurs bourreaux. Non, le terme d’esclave ne nous sied guère!

  6. Bureth sauveur dit :

    Ménard a oublié son passe et joue avec ses fonctions.bravo pour ton annalyse

  7. macia dit :

    Votre analyse sur le CAS Menard est pour moi très pertinente, ainsi que sur les autres sujets que vous avez traités auparavant.
    Mes sincères salutations.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.