Crise des « réfugiés » : le chaos annoncé

Après la cuite, la gueule de bois.

4754886_6_8789_des-refugies-arrivent-en-allemagne-le-12_479d6411c40bd9c3d2a8a8d2551611f7
Le 12 septembre à Munich : des hommes à perte de vue, quelques femmes et enfants.

    Hier, l’euphorie idéaliste ; aujourd’hui, la triste et incontournable réalité. Pour une fois, les Cassandre ont la satisfaction de se voir donner raison moins d’une semaine après avoir lancé l’alarme. Ce que le simple bon sens commandait dès le commencement de la ruée des migrants syriens, irakiens ou afghans à la frontière hongroise, il a fallu une semaine aux Allemands pour le comprendre. Une semaine seulement ! Imaginons que l’emballement soit le fait des Français ; nous y serions encore et sûrement pour très longtemps. Si le gouvernement français avait commis la même erreur et s’en était rendu compte, d’abord, il n’en aurait rien dit : il aurait persisté dans l’erreur. Et, dans l’hypothèse où il aurait été saisi d’un accès d’honnêteté et de sens de l’intérêt national, les bonnes âmes humanitaires assises sur leur cul, comme Kouchner aujourd’hui, seraient chargées de lui mettre la pression pour qu’il persiste.

    Mais on est en Allemagne. Et les Allemands ne sont pas des Français. Il est rare qu’ils commettent une erreur préjudiciable à l’intérêt de leur pays. Mais, quand ils en commettent une, elle porte le sceau allemand : elle est kolossale ! Annoncer aux Allemands qu’ils recevraient 800 00 « réfugiés », il fallait l’oser. Mais, dès qu’il fut évident, conformément à ce qui a été annoncé par ceux qui ne veulent pas se laisser aveugler par l’émotion, que le chaos en résulterait, ils ont réagi. Les embouteillages de « réfugiés » à Munich ont été signalés samedi soir ; vingt-quatre heures après, le gouvernement allemand annonçait la fermeture de ses frontières ; douze heures plus tard, cette fermeture était effective. C’est un moindre mal.

    Mais qu’allons-nous faire, maintenant, des centaines de milliers de migrants venus de partout et pas seulement de Syrie ? S’agissant de l’immédiat, je n’en sais strictement rien si ce n’est qu’on ne pourra pas échapper à la création de camps en Europe même. Quant à nos élus qui se font de la pub en disant que leur commune (« leur » commune !) allait recevoir des « réfugiés », puisqu’ils parlent tous d’une ou deux familles (par exemple, 7 personnes annoncées à Bourg-de-Péage, ville socialiste de 10 000 habitants), je propose qu’ils les reçoivent chez eux et à leurs frais.

    Mais, sur le fond, il serait temps de remettre l’église au milieu du village au sens où cette expression s’utilise en Belgique de remettre de l’ordre. D’abord, qu’on arrête de nous faire croire qu’il s’agit de réfugiés syriens ou irakiens menacés. Dans un reportage télé, j’ai entendu l’un d’eux, un homme d’une trente-cinquaine d’années, dire : « I am turkish ». Ce qui fut traduit par « J’ai traversé la Turquie » (sous-entendu, venant de Syrie). D’autre part, les images sont pleines de « réfugiés » africains, ce qui indique bien que les migrants d’aujourd’hui ne diffèrent en rien de ceux qui font le siège de l’Europe depuis que le chaos règne sur la Lybie. Les médias nous soûlent avec la Hongrie mais sans dire qu’avant d’arriver là, les migrants venus de Turquie ont parcouru au minimum 1000 km. Quid de la Serbie, qu’ils ont forcément traversée ? Dans le flot, il y a forcément un nombre très important, peut-être même prépondérant, d’Européens ressortissants de pays non encore membres de l’UE : des Serbes, des Albanais, des Monténégrins, des Macédoniens, des Kosovars. Ils ne sont jamais interviewés. pourquoi ? Ils sentent le pâté ? Ils n’ont pas d’histoire ? Ou ne serait-ce pas plutôt que leur histoire, justement, infirme complètement le discours qu’on veut nous faire avaler ?

    Ensuite, qu’on interdise aux médias de faire pleurer dans les chaumières en montrant des enfants ballottés par leurs parents irresponsables dans des barcasses pourries. Qu’au moins, cette interdiction s’applique sur le « service public » de télévision. Ce lundi soir, au journal de 20h de Pujadas, par exemple, on a atteint un degré d’ignominie indicible et inouï (visionner à partir de la 14ème minute). Je rappelle que les conventions internationales relatives à la sauvegarde de l’enfance interdisent que les mineurs mêlés à des événements dégradants soient montrés à l’image. Là, il s’agit carrément de bébés et d’enfants de deux ans.

    Enfin, qu’on cesse les injonctions à penser avec son cœur plutôt qu’avec sa tête. Par exemple, s’agissant de la France, qu’on arrête de stigmatiser ceux qui ont le culot de dire qu’on ne pourra pas loger les nouveaux migrants ni leur donner du travail. Ne parlons même pas d’emploi : tout le monde sait qu’il y 5 millions de chômeurs. En revanche, on sait moins qu’il y a un million deux-cent-mille familles inscrites sur les listes d’attente de logement social ; les 110.000 places disponibles en hébergement d’urgence (pour trois fois plus de demandes) sont toutes occupées ; 10 000 familles vivent dans des hôtels payés par le contribuable, ce qui procure à des hôteliers pas toujours regardants sur la salubrité des lieux une jolie manne de 170 millions d’€uros par an. Au total, l’Etat y consacre chaque année un budget de 1,3 mds€ à l’hébergement d’urgence.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à Crise des « réfugiés » : le chaos annoncé

  1. Brétagnol Michel dit :

    fallait s’y attendre, quand les pseudos socialos font une nouvelle ânerie, plutôt que de la reconnaitre, ils fustigent ceux qui ne sont pas d’accord avec eux, et ensuite manipulent l’opinion pour lui faire avaler leurs mensonges en les travestissant en idées ou actions généreuses et humaines. Maquillage, bêtise et imposture … ils sont comme ça.

  2. Letio dit :

    j’avais déjà émis l’idée:

    Compte tenu que je souhaite pas que mes enfants aillent se battre à la place de ceux qui viennent chercher leurs pantoufles, je suggère qu’on ramène les hommes jeunes vers les côtes syriennes, qu’on les armes et qu’ils aillent combattre qui ils veulent.
    Au point où nous en sommes..

    Concernant ceux qui restent : L’Allemagne nous commande déjà et pas d’hier.
    Normal..Ils ont gagné la guerre.
    Si l’immigration est une telle chance, ils les gardent, tous..L’Allemagne devient encore une plus grande puissance et comme elle commande déjà , où serait, pour nous le changement ?
    Conclusion : Tous en Allemagne ! Le Jackpot!

    Amitiés,

  3. macia dit :

    Eh ben moi j’ai fait partie des 52% à voter contre l’union européenne, je ne m’étais pas trompé, les nations ne sont plus libres de décider individuellement ni de gérer leurs propres politiques maintenant elles subissent l’ Europe, un sac de M….

  4. Vecchione dit :

    Je l’ai dit dés le départ . La mixation des peuples que veulent, nos dirigeants est là?? L’envahissement de l’EUROPE a commencé. Tout cela pour affeblir le peuple.

  5. Martinez dit :

    Bonjour Kader. Je suis tellement heureuse que vous ayez repris votre plume pour nous informer. Vous êtes un journaliste visionnaire, très bonne analyse, et vous êtes três bien informé, contrairement à tous ces soit-disant journalustes, du web qui se contentent de critiquer et d’avoir des propos racistes. Je vous informe que vos articles adressés à mes amis, se retrouvent sur Facebook en quelques exemplaires. J’esoère que cela ne vous chagrine pas. Sincères amitiés. Georgette

  6. Robert dit :

    J’adhère à votre analyse concernant l’ Allemagne : pour une fois Mme MERKEL s’est « emballée », mais a vite tiré les conséquences de sa prise de position irréfléchie… Pour le reste, nous assistons à la fin de l’ Europe des nations, au profit d’une Europe « administrative » et protéiforme, qui sera le ventre mou du continent et ne risquera pas de faire de l’ombre aux USA, dont elle sera le vassal, avec la mise en place d’une population de remplacement.

  7. ORSERO dit :

    Bonjour et merci Kader, Ton analyse rejoint ce que j’ai pensé dans mon coin en voyant la marche arrière de l’Allemagne et d’autres pays de l’est .
    Pareil pour les pleurnichards qui font semblant d’être des humanistes alors qu’ils ne pensent qu’à leur carrière et à se remplir les poches!
    Pareil pour cette palanquée d’artiste qui derrière leur écran d’ordinateur font semblant de pleurnicher, mais il n’y a pas un seul pour dire qu’il va accueillir une famille chez lui!
    Quant à Hollande , il a dit qu’il ne peut pas car ses maisons (combien ?) ne sont pas libres!
    Voilà où nous en sommes avec nos politiques
    Comment veux-tu que nous nous en sortions?

  8. Letio dit :

    Est-ce que quelqu’un a des renseignements sur le nombre de réfugiés qui seront imposés puisque nous en sommes , pratiquement,là
    Qu’accueilleront le Luxembourg;Monaco; Liechtenstein; Vatican et autres ?

    Amicalement,

  9. Letio dit :

    Entre adultes…
    Mon temps d’écoute des médias , français, est, très, très limité. Limité au temps durant lequel, je ne peux pas leur échapper.C ‘était le cas hier avec  »France bleue Azur », j’étais coincé !
    La parole est aux auditeurs : En fait la parole est au Chroniqueur qui veut à tout prix nous faire partager son esprit; fécond, vraisemblablement, et imposer le politiquement ou larmoyant correct ». On dit un mot et …Il dit le reste..reposant non ?
    Il rédige le titre de l’émission et l’oubli !
    Enfin comme disait Coluche ..Si il y a ..pour se prêter au jeu..Pourquoi s’arrêter .
    Quant aux allemands, j’admire qu’ils disent aux autres pays ce qu’il doivent faire..Je ne ferais aucune analogie avec d’autres temps..En espérant qu’il soit vraiment révolu.
    Nous croyions l’Allemagne, assez imaginative pour savoir qu’un pays peut par incitation structurelle et financière modifier son déficit démographique. A moins que la jeunesse allemande dispose d’émissions télévisées nocturnes ..et pourquoi pas diurnes , trop intéressantes..
    Ce qui expliquerait que,de notre côté, la démographie a une robuste santé .Rien à craindre de ce côté!

    Quand on entend Les Pujada..l’éternel El Kabach.. and Co… c’est vrai qu’on a envie de faire quelque chose en faveur de la démographie…ne serait-ce que pour que la jeunesse prenne enfin la relève.
    Sauf erreur de ma part, ils ne renoncent pas, au contraire, ils vont accueillir 1 000 000 de personnes ! Tant mieux, bientot, il n’y aura pas assez de réfugiés pour tout le monde. Il faut donc se dépêcher..
    ET vite, se dépêcher..rapidement ( si on peut dire)…,Car l’hiver arrive..Hiver maousse costaud ( je ne sais pas le dire en Allemand.).
    Vous avez compris le scenario..et là ce ne sera pas du cinéma. Tout est bien orchestré et je comprends les Hongrois d’agir vite.

  10. André Bianchi dit :

    Une catastrophe climatique viens de s’abattre sur le sud de la France et de ravager de nombreux villages. Ne pourrait-on pas utiliser tous ces chômeurs, réfugiés économiques et autres, à aider au rétablissement de la situation et à la remise en état de ces régions? Cela a un nom qui sent le souffre: chantiers de chomeurs… Mais je suis sûrement un Incorrigible facho….

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.