Mon blog-notes du mardi 19 janvier 2016

Plan emploi à 2 milliards d’€uros
Les Français priés d’aider Hollande à se représenter

hollande    Quel culot ! Quel mépris ! Et surtout, quelle inconséquence ! Six millions de sans emploi sont soudain l’objet de toutes les attentions. Promis, juré, cinq-cent mille d’entre eux vont être formés (embauchés, ce sera pour plus tard …peut-être !). Mais que ne l’a-ton fait au début du mandat ? Pourquoi a-t-on attendu 600 000 chômeurs de plus pour se réveiller ?

    Evidemment, je ne pose ces questions que pour la forme. En réalité, François Hollande et son équipe – mais je ne crois pas qu’ils dérogent en quoi que ce soit au type commun à toute notre classe politique – sont complètement déconnectés des réalités vécues par les Français. Cette mesure, depuis Raymond Barre en 1976, tombent au moins une fois par mandat comme tombent chaque automne les feuilles des marronniers. Comme celle d’une prime à l’embauche de 2 000 €, elle n’est qu’un moyen de dégonfler artificiellement les statistiques du chômage pour permettre à Hollande de se représenter en 2017.

    « Voyez, nous dira-t-il, j’ai respecté ma promesse d’inverser la courbe du chômage ! » En oubliant qu’il devait l’honorer dès la fin de sa première année de mandat. On eût aimé qu’Hollande nous épargne au moins cette dernière embrouille, ce dernier (quoiqu’il ait encore le temps d’en commettre d’autres !) foutage de g… Pour cela, il eut fallu qu’il lui restât au moins un soupçon de dignité. Même pas !

______________
« La Société générale savait, c’est évident ! » Chantal de Leiris, magistrate.
Kerviel a pris 3 ans pour la Société générale ; qui a payé pour le Crédit lyonnais ou Dexia ? Personne ! 

Kerviel    Après la commandante de police Nathalie Le Roye, c’est la magistrate Chantal de Leiris qui dit ses certitudes quant à la totale responsabilité de la Société générale dans l’affaire des 5 mds d’€uros soi-disant perdus par elle. Dans cette affaire, non seulement la Société générale savait ce que Jérôme Kerviel faisait mais elle a délibérément caché la vérité à la Justice. Plus, c’est sur ordre de sa hiérarchie que Kerviel a joué à perte pour effacer les sommes acquises par la spéculation. D’ailleurs, selon Chantal de Leyris, « c’est vrai que sur le montant du préjudice, les quatre milliards et quelques (4,9 mds€), y a aucune expertise, y a rien ! ». Autrement dit, Kerviel a pris cinq ans de prison dont trois fermes sur les seules indications non vérifiées de la Société générale.

    Tout cela sera largement développé, il me semble, dans les jours qui viennent. Mais je doute que la question qui nous intéresse en tant que citoyens soit posée. En effet, alors qu’un homme a été mis en prison pour une affaire qui n’a rien coûté à l’Etat (directement, s’entend car les 5 mds de pertes déclarées ont effacé la plus grande partie du bénéfice de la banque pour 2008, ce qui a réduit son impôt en proportion), pourquoi personne n’a été emprisonné pour d’autres affaires que le contribuable paie encore ? Par exemple, Jean-Yves Haberer et François Gille, responsables de la faillite du Crédit lyonnais en 1993, qui a coûté plus de 20 milliards d’euros aux contribuables, ont été condamnés en 2005 à 18 et 9 mois avec sursis, et un euro symbolique au profit de la banque.

    Le scandale de la banque Dexia, qui a coûté 13,5 mds€ aux contribuables français et belges n’a donné lieu à aucune procédure judiciaire. Au contraire, son responsable est parti avec un golden-parachute tandis que le patron de la structure de défaisance qui lui a succédé a aussitôt augmenté son salaire de 30%. Quant à la BNP, elle a été condamnée pour « falsification de documents commerciaux » et « collusion » à une amende de 6,6 mds€ par la Justice américaine. L’Etat, qui aurait normalement dû voir un tiers de cette somme tomber dans son escarcelle, n’a pas moufté. Et cela n’a pas empêché la banque de réaliser 6 mds€ de bénéfices en 2014 en se rattrapant sur le dos de ses clients privés. Et elle se gavera encore plus cette année grâce à la facturation des « frais de tenue de compte de 30 € ».

    Pour mémoire, toutes ces banques sont dirigées par des anciens de cabinets ministériels.

______________
L’indépendantiste corse Talamoni reçu par Valls, « le Premier Ministre d’un pays ami » (Sic)

2048x1536-fit_jean-guy-talamoni-le-30-decembre-2015-a-ajaccio-afp-pascal-pochard-casabianca    Assemblée territoriale de Corse, et son complice Gilles Siméoni, qui préside le Conseil exécutif de Corse, présentent comme indépendantistes leurs 35% d’électeurs. En réalité, il y en Corse comme dans tout le pays, un très grand nombre de Français mécontents. La différence est que, là, ils se sont partagés entre deux partis réceptacles du mécontentement au lieu d’un sur le Continent : un parti indépendantiste crédité de 35% des voix et le FN, qui en a obtenu 9%, c’est-à-dire trois fois moins en moyenne que dans toute la France. Quoi qu’il en soit, même si les 35% d’électeurs de Siméoni-Talamoni sont indépendantistes, ils ne représentent en réalité que 23% des Corses en âge de voter, soit moins d’un Corse sur quatre.

    Autrement dit, il n’y a pas plus de menace indépendantiste en Corse qu’il n’y a de menace fasciste en France. Sauf que, concrètement, et c’est là qu’il y a un loup, ce territoire français s’en va tout doucettement vers la sécession. Ou plutôt, il y est poussé par les apprentis-sorciers qui nous gouvernent. Et cela se fait dans le dos des Corses eux-mêmes, qui ne voient rien venir, comme s’opère à l’insu des Français la déliquescence de la France.

    En effet, ce qui se passe en Corse est parfaitement dans la ligne du projet antinational des élites mondialistes qui gouvernent la France et l’Europe. Si le Peuple corse était indépendantiste, il y a belle lurette qu’il aurait exigé et obtenu un référendum. Or, du référendum, personne n’en veut, et surtout pas Talamoni et consorts. Et pour cause : ils savent qu’ils y auraient tout à perdre. Non seulement ils le perdraient mais, de plus, leur propre insignifiance sauterait aux yeux de tous. D’ailleurs, en bon avocat et excellent rhétoricien qu’il est, le président de l’Assemblée corse oppose à cette objection une indépendance lointaine et non immédiate. De son côté, Gilles Siméoni ne se dit plus indépendantiste mais favorable à une « autonomie renforcée ».

    Pour arriver à leur fins, ils préfèrent collaborer avec les gouvernements successifs qui, de « droite » comme de gauche, n’ont cessé d’agir pour rapprocher l’île d’une indépendance sous perfusion de l’Europe et de la France. C’est ainsi que la loi du stituait la Collectivité territoriale de Corse (CTC), statut particulier qui dote l’île d’une Assemblée territoriale, c’est-à-dire un embryon de parlement, et d’un Conseil exécutif, autrement dit un mini-gouvernement. La prochaine étape, d’ores-et-déjà programmée pour 2018, est la Collectivité de Corse dotée d’à peu près tous les pouvoirs dévolus à un état souverain (sans les emm…, pourrait-on ajouter).

    C’est très exactement ce que recouvre le projet antinational d’une Europe des Grandes Régions transnationales. La Corse, qui est abondamment irriguée en subventions européennes, comme l’est la Catalogne dont les velléités indépendantistes sont également encouragées, profite du précédent calédonien pour accélérer le mouvement. Et ne vous y méprenez pas : les coups de menton de Valls sur l’air de « la France, la France… », c’est du bidon. Lui qui n’a demandé sa naturalisation qu’à vingt ans, à la veille de devenir l’attaché parlementaire de Robert Chapuis, député de l’Ardèche (pourquoi ne l’a-t-il pas fait dès ses dix-huit ans ?) est parfaitement en phase avec ce projet antinational.

    Un pouvoir souverainiste authentique devra proclamer haut et fort que « la Corse, c’est la France et la France ne reconnaîtra pas chez elle d’autre autorité que la sienne » (Discours de François Mitterrand à propos de l’Algérie en 1956). Il devra rappeler que la France est une et indivisible, et que tous les Français sont partout chez eux en France. Cela vaut non seulement pour la Corse mais aussi pour le Continent et pour l’Outremer, auquel, curieusement, on récuse tout droit à l’autodétermination. Il est vrai que l’Outremer est géré comme une réserve bien utile à l’enrichissement des amis, de gauche et de droite, du pouvoir. (Mais cela fera l’objet d’un prochain dossier).

______________
« La Cour des comptes suggère de réduire les indemnités chômage » (La presse)
Les élus sont augmentés, les Commissaires européens sont augmentés, les chômeurs, non !

Cour des Comptes

 

    Dans un récent article (lire), je parlais des nouveaux élus régionaux augmentés de 40%. Il y a quelques mois, les Commissaires européens (dont le salaire n’était que de 20 000 € par mois) s’augmentaient, ainsi que les députés européens (J’en parlerai prochainement). Mais ce qui vaut pour les uns ne vaut pas pour les autres.

    S’agissant des chômeurs français, la Cour des Comptes, dont le Président, Didier Migaud devrait se souvenir que sa mission est de vérifier et de certifier les comptes de l’Etat et de tous les organismes bénéficiaires de fonds publics et non de dicter la politique des représentants élus de la Nation, la Cour des Comptes, donc, préconise la baisse de leurs indemnités. Dans le rapport de ladite Cour, ce n’est évidemment pas aussi brutal. Et elle s’arrête surtout aux côtés pour le moins curieux de notre système d’assurance chômage qui permet, par exemple, à un cadre supérieur privé d’emploi de toucher jusqu’à 6 200 € par mois. Le problème est que, dans la presse, ça donne ça : « La Cour des comptes suggère de réduire les indemnités chômage ».

    Pour mémoire, le Président de la Cour des Comptes gagne un peu plus de 9 000 € par mois, ce qui est peu par rapport à la nièce-conseillère d’Alliot-Marie payée 11 000 € ou comparé à Pujadas et Aphatie qui gagnent plus de 50 000 € par mois. Ce qui montre à quel point il est ridicule de faire croire qu’un des principaux personnages de l’Etat touche officiellement 9 000 € (ou un ministre 11 000 € et le Président de la République 14 000 €). A méditer!

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Mon blog-notes du mardi 19 janvier 2016

  1. nigette dit :

    Quel scandale! attendre la fin de son mandat pour annoncer qu’il va enfin s’occuper des chômeurs! Il se moque de nous ou il est déconnecté totalement du peuple ou les deux à la fois!..

  2. Lastragale dit :

    Il nous dira j’ai respecté ma promesse d’inverser la courbe du chômage ! … mais sans créer d’emploi ! CQFD ! F****** de gueule ! indécence ! pitoyable !

  3. honore dit :

    Donner 2000 euros par an aux entreprises pour embaucher est ridicule par la somme dérisoire mais surtout par la méthode. Les politiques sont déconnectés de la société un chef d’entreprise embauche car il a un carnet de commande et une visibilité en matière de chiffres d’affaire de fiscalité de droit social c’est loin d’être le cas. Cela me rappelle les 50000 francs que l’on donnait aux entreprises qui d’e
    embauchaient un fils d’ancien harkis. Résultat un fiasco complet. Former 500 000 chomeurs à quoi? Ils n’auront que peu d’expériences et donc n’interresseront pas les entreprises à la recherche du mouton à 5 pattes. Pour créer des emplois il faut de la croissance des chômeurs motivés comme au Japon ce pays sans croissance a un chômage de 3 pour cent . Il faut donner aux chefs d’entreprises le droit de licencier quand il le veut en contrepartie l’État protège mieux le chômeur en le formant mieux et en l’indemnisant mieux. Quitte pour les entreprises de payer plus de charges elles se le permettent bien avec l’intérim.

  4. domichel dit :

    A quand un edileton pour tous nos representants bien malheureux si on les ecoutait pleurer sur leurs emoluements. Le ridicule ne tue pas , il y a des moments où on aimerait que cela se fasse. Depuis queques années, ceux ci n ont plus de pudeur à ce sujet , quant à la probité et le reste, cela devient des gros mots…………, le pire avec ce gvt de pieds nickelés. ?..mais le scandale n evitera pas le pireà venir ……mais on a le politique que l ‘on mérite dit-on!

  5. ZERAOUNE (SAÏDA) et (MASCARA) dit :

    Si la grande ZORA était encore là , il leur dirait je vous ai compris et la nous serions débarrassé des corses …..
    Les corses nous gonflent le mout …..

  6. caratini dit :

    La Corse dans la France……., tant que quelqu’un ne leur dit pas « Je vous ai compris ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.