In memoriam : nouveaux remerciements.

Suite à vos très nombreuses réactions à l’annonce du décès de mon père Akli Hamiche (Lire In memoriam).

Chers amis et lecteurs,

A gauche, Saïd Arab (1925-2016) ; à droite Akli Hamiche (1924-2016).

A gauche, Saïd Arab (1925-2016) ; à droite Akli Hamiche (1924-2016).

    Vous avez été très nombreux, quelque quatre-cent personnes, à m’adresser vos messages de condoléances pour le décès de mon père survenu vendredi 7 octobre à plus de 92 ans. Beaucoup étaient aussi un hommage à sa personne et à son engagement patriotique jamais démenti et jamais renié en faveur de l’Algérie française puis, une fois celle-ci perdue, à la France tout court.

    J’ai d’abord voulu répondre à chacun de vous en particulier ; j’ai renoncé devant le nombre mais j’essaierai de le faire au rythme que m’autorise l’exercice d’autres activités aussi prenantes et, je le crois, aussi importantes en ces temps où notre pays risque de sombrer définitivement dans la décadence et, même, de disparaître en tant que Nation. On me dira que c’est bien présomptueux mais, en matière d’engagement politique, je crois cette formule de Laurent Fabius (qui n’a pas dit et fait que des bêtises) : « Chaque citoyen doit agir comme si le destin de son pays ne dépendait que de lui. »

    Beaucoup parmi vous voudraient savoir à quoi ressemblait ce père dont j’ai si souvent parlé ; on m’a même demandé des photos. N’en ayant aucune de sa période militaire si ce n’est une petite photo d’identité faite au retour d’une opération très chaude destinée à ses papiers militaires, je n’ai pas cru utile d’en poster une d’ordre privé. Mais je viens, à l’occasion de retrouvailles avec la famille de Saïd, son ami, son frère qui, lui aussi, fut un héros de notre combat pour le maintien de l’Algérie dans la France, d’en dénicher une où on les voit tous les deux ensemble quelques mois avant leur « départ » pour un monde meilleur.

    C’est cette photo que j’ai choisie pour illustrer cet ultime hommage parce que Saïd, que mon père n’a retrouvé qu’en 1974 (douze ans après l’exode), a quitté ce monde en août dernier. Or, tout indique que c’est cela qui a déclenché son propre choix  de partir aussi.

    Paix à leur âme ! Et paix à tous ceux qui, comme eux, ont été fidèles à leur pays ! L’Histoire leur rendra justice.

Ce contenu a été publié dans Actualité politique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à In memoriam : nouveaux remerciements.

  1. jany dit :

    Très cher Kader,c’est avec tristesse que j’ai appris le départ de votre papa .Nous le connaissions presque à travers vos textes,il vous avait transmis cette amour de la France et l’Honneur des Harkis .Cette génération disparaît peu à peu et c’est à nous,leurs enfants de prendre la relève si nous voulons être dignes d’eux .Harkis et Pieds-noirs sommes de la même famille et c’est pourquoi,nous ressentons tous une énorme peine quand l’un d’eux disparaît.Nous pouvons être fiers de nos parents.
    Mes sincères condoléances à vous et vos proches.
    Une pied-noire d’Oran

  2. Alain ROSSO dit :

    Honneurs à ces Deux Combattants,en haut ils peuvent dire ,nous sommes Français par le sang versé pour la République et non par les allocations versés par la République.je suis un ancien combattant décoré de la Croix du Combattant Volontaire depuis peu ,6eme de naissance en terre Nord Africaine,mais devant ces deux GRANDS FRANCAIS je suis au garde a vous .
    CDT Alain ROSSO

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.