In memoriam (remerciements)

Suite à vos réactions à l’annonce du décès de mon père Akli Hamiche (Lire In memoriam)

Chers amis,

Je vous remercie pour ces témoignages de respect pour mon père et de soutien pour ma personne. Sachez que je ne suis pas triste car il est parti, selon son médecin, « confortablement », paisiblement, dans son sommeil, en entendant sans doute deux de ses fils deviser dans le séjour de sa maison de Dreux.

Mon père est mort d’une mort que je souhaite à tous ses frères d’armes, sans exception, qui nous restent encore. D’ailleurs, est-il vraiment mort ? Les Romains disaient qu’un mort ne l’était vraiment que quand on ne prononçait plus son nom. Je crois que mon père n’est pas près de mourir.

J’ai reçu de Marie Elizabeth (Betty), de Paris, un poème de Charles Péguy et un de Mary Elizabeth Frye (une Américaine qui ressemble furieusement à… Margareth Thatcher !) qui disent bien mon état d’esprit du moment et celui des nombreux miens, petits et grands.

Voici le second, dont tout indique qu’il est, en plus développé, inspiré du premier.

Merci encore pour votre soutien !

Kader H.

_______________

Ne pleure pas devant ma tombe
Mary Elizabeth Frye

Ne reste pas là à pleurer devant ma tombe, je n’y suis pas, je n’y dors pas…
Je suis le vent qui souffle dans les arbres, je suis le scintillement du diamant sur la neige
Je suis la lumière du soleil sur le grain mûr, je suis la douce pluie d’automne…
Quand tu t’éveilles dans le calme du matin, je suis l’envol de ces oiseaux silencieux
Qui tournoient dans le ciel…

Alors ne reste pas là à te lamenter devant ma tombe ; je n’y suis pas, je ne suis pas mort !
Pourquoi serais-je hors de ta vie simplement parce que je suis hors de ta vue ?
La mort tu sais, ce n’est rien du tout : je suis juste passé de l’autre côté.
Je suis moi et tu es toi. Quel que soit ce que nous étions l’un pour l’autre avant,
Nous le resterons toujours.

Pour parler de moi, utilise le prénom avec lequel tu m’as toujours appelé.
Parle de moi simplement comme tu l’as toujours fait.
Ne change pas de ton, ne prends pas un air grave et triste.
Ris comme avant aux blagues qu’ensemble nous apprécions tant.
Joue, souris, pense à moi, vis pour moi et avec moi.
Laisse mon prénom être le chant réconfortant qu’il a toujours été.
Prononce-le avec simplicité et naturel, sans aucune marque de regret.

La vie signifie tout ce qu’elle a toujours signifié.
Tout est toujours pareil, elle continue, le fil n’est pas rompu.
Qu’est-ce que la mort sinon un passage ?
Relativise et laisse couler toutes les agressions de la vie,
Pense et parle toujours de moi autour de toi et tu verras, tout ira bien.
Tu sais, je t’entends, je ne suis pas loin, je suis là, juste de l’autre côté.

Ce contenu a été publié dans Actualité politique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

9 réponses à In memoriam (remerciements)

  1. Philippe Wand dit :

    Sincères condoléances.

  2. mes plus sincères condoléances Mr Kader Hamiiche et merci pour tout ce que vous écrivez sur L’Algérie Française

  3. Marie-Hélène dit :

    Toutes mes condoléances et mon affection en ces moments douloureux.

  4. ck kader dit :

    oui Kader nous sommes tous orphelin aujourd’hui ,nos parents papa et maman nous ont quitter eux qui ont veiller sur nous ,nous enfants de harkis qui sommes nous devenu aujourd’hui trahi par lui ,déshonorer par elle, nos frères ce sont nourrie sur notre dos,et nous sommes seul chacun dans son coin éparpiller du nord au sud d’est a l’ouest ,rien ne fais plus mal que la trahison,mon ami je compati a ta tristesse, nos parents veille sur nous de la ou ils sont,essayons tous ensemble de neutre qu’un pour peser sur cette balance afin de former une force inébranlable que dieux nous vienne en aide .ck Kader

  5. Archilla dit :

    Sincères condoléances, nos pensées vous accompagnent dan ces moments difficiles

  6. domichel dit :

    Cher M Hamiche, Je vous présente mes sincères condoléances et vous assure de toute ma sympathie dans ces moments douloureux pour vous et toute votre famille. Toujours fier de lui , il va continuer à vivre dans votre coeur et vos souvenirs ; et des souvenirs on en a besoin pour continuer à vivre ce présent et futur tellement difficiles pour nos nous, nos enfants et descendants.
    Que Dieu, Allah, bouddha, Vischnou et tous les autres nous aident mais surtout que ce en quoi nous mettons nos valeurs dont votre père était le digne représentant e nous porte et nous transporte….afin que le passage de témoin soit assuré à jamais… Je vous souhaite la paix de l’esprit et de l’âme pendant ces tristes périodes.
    Cordialement à vous

  7. nigette dit :

    Cher Kader, j’aime ce poème : réaliste, tendre, beau…tout simplement!

  8. Miche DIGOT dit :

    Comme je suis de tout coeur avec vous… mon papa 94 ans est parti dans mes bras mercredi en toute sérénité… et je suis heureuse que cette belle et longue vie se soit terminée sans souffrance … son quotidien était devenu trop avilissant et sordide.
    La cérémonie d’hier pleine de drapeaux de la France s »est terminée avec « C’est nous les Africains qu revenons de loin….. »
    Au revoir Messieurs… préparez nous une petite place…..

  9. Emilien PASTOR dit :

    Sincères condoléances. Qu’il repose en paix.Je partage votre peine.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.