In memoriam

Chers amis !

J’avais presque disparu des radars. Jusqu’à vendredi dernier, c’était pour cause de gros travail pour mon livre sur l’Islam. Depuis vendredi, c’est aussi parce que j’ai perdu la dernière personne qui me rattachait à cette religion : mon père, Akli Hamiche.

Il est mort vendredi 6 octobre, à 22h05, à 92 ans passés, quand et comme il a voulu, sans jamais renier son combat. « En 1955, disait-il, nous avons pris les armes pour que la France reste [en Algérie]. Cinquante ans après, si c’était à refaire, nous le referions ! »

Avec lui disparaît l’un des derniers représentants d’un temps où les hommes étaient des Hommes et où vivre libre même pauvre était leur plus grande ambition.

Avec lui disparaît l’un de ces Français musulmans d’Algérie qui ont défendu leur pays, la France, qui l’ont payé cher, très cher, pour certains, et qui, POURTANT, quoique n’ayant pas d’ancêtres gaulois (encore que !), étaient fiers d’entendre leurs enfants réciter « Nos ancêtres, les Gaulois… »

Avec lui disparaît un des nombreux HÉROS musulmans ou européens qui ont, il y a plus d’un demi-siècle, lutté JUSQU’AU BOUT pour l’Algérie française. Mes pensées vont à ceux qui restent, qui en perpétuent la mémoire, qui me lisent et que j’embrasse.

Ensemble, ne baissons pas les armes car le combat pour l’Algérie française n’était qu’un combat d’AVANT-GARDE.

Kader H., fils de Harki, à tout jamais fier de l’être.

Ce contenu a été publié dans Actualité politique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

36 réponses à In memoriam

  1. Avec toutes mes sincères condoléances et toute ma sympathie pour vous et toute votre Famille . Roger Salmeron

  2. Robert dit :

    Toutes mes condoléances, Kader. Je suis sûr que votre père était, comme vous, un homme d’honneur et de conviction avec des principes de vie bien établis. Je précise que je ne suis pas « Pieds-Noirs », mais je me retrouve tout à fait dans votre défense de notre pays.
    Amicalement.

  3. Nelson Victor Ferdinand dit :

    Toutes mes condoléances !

  4. Charles LEFEVRE dit :

    Kader, sachez que je tiens à vous présenter mes plus sincères condoléances.
    Je suis persuadé que vous saurez surmonter cette souffrance, comme votre père en a surmonté bien d’autres au rang desquelles figure celle de ne pas avoir eu le retour espéré au sacrifice qu’il aura consenti pour la France, son pays, sans que celui-ci lui en soit reconnaissant, à la hauteur de ce qu’il aurait du l’être.
    Il sera allé cherché seul cette fierté d’être français et vous la transmettre comme vous savez l’exprimer .
    Merci à lui qui a bien mérité la Paix et le repos et à vous de nous avoir donné à le reconnaître aux côtés de tous ses frères d’armes.
    Un Pied-Noir reconnaissant !

  5. Carasco Gérard dit :

    Mon cher kader, je prends part à votre douleur. Je suis sur que votre papa était un homme droit qui a su vous inculquer comme bon nombre de papa de notre chère Algérie les valeurs qui ont fait de nous des hommes.

  6. BLANQUER Alphonse dit :

    Monsieur Kader,
    Pas doué pour les discours .Je tiens à m’associer aux nombreux messages qui prouvent toute l’admiration, la tristesse et le respect que l’on porte.
    Mes très sincères condoléances.

  7. Lopez Alain dit :

    Cher Kader,
    c’est avec tristesse que nous apprenons le décès de votre père.
    nous vous transmettons toutes nos condoléances, et notre bon souvenir.
    Alain L.

  8. Pegalajar Marc-Mariano dit :

    J’ai publié hier ce texte sur ma page Facebook :
    Cher Kader, un dernier salut au compagnon d’arme que fut votre père. Que ses camarades de l’armée lui rendent hommage, son cercueil recouvert du drapeau Français, avant d’être mis en cette terre de France pour laquelle il a tout donné. Je vous adresse mes sincères condoléances.
    Lt/colonel Marc-Mariano Pegalajar (ancien de l’armée de l’air)

  9. Eichacker Albert dit :

    Nous les Pieds-Noirs, nous n’oublierons pas ce MONSIEUR.

  10. christian rey dit :

    Cher Monsieur Hamiche Kader, Cher Kader, Cher Ami.
    Je suis bouleversé par cette nouvelle du décès de votre père. Que son âme repose en paix. Soyez assuré de ma profonde solidarité et fraternité en ces instants si douloureux que vous traversez.
    Né à Oran, je n’étais qu’un enfant lors de ce drame atroce que nous avons tous vécu. De 8 ans à 14 ans, je suivais mon père, Maître Tailleur Militaire, dans les différentes villes de l’Algérie, et jusqu’aux confins du Sahara. En sortant de l’école, je lui rendais souvent visite dans son atelier et j’étais alors impressionné par tous ces treillis qui s’amoncelaient jusqu’au plafond sur ses étagères.
    Ces tenues de combat, déchirées, salies, me faisait entrevoir avec mon âme d’enfant, la violence des combats au cours des opérations. En face de l’Atelier, il y avait l’infirmerie, et là, je découvrais avec stupeur, tous ces blessés rentrant en urgence, qui gémissaient, qui hurlaient de douleur. Tout cela pour vous dire à quel point j’étais témoin, enfant, de la violence du monde et de la guerre, mais admiratif et fier de ces soldats dont votre père faisait partie. Et cela je ne l’oublierai jamais !
    Les Harkis sont dans mon coeur. Ils se sont battus comme des Lions, et l’on ne parle jamais d’eux
    ou rarement à la télévision ou dans les médias. On ne les a jamais glorifié comme ils l’auraient mérité, Les camps dans lesquels ils ont été « parqués » en rentrant en France, est indigne de notre république. Ce qui m’a toujours intrigué, lorsque dans la rue, même encore aujourd’hui, je croise
    un musulman, c’est de penser et de m’interroger  » Peut-être est il un fils de Harki « ,  » peut-être est- il un fils du FLN « . Alors, il faut continuer, en mémoire de votre père, à résister à cette déconfiture de notre France, en poursuivant le combat …. des idées, pas des armes ! Reconnaissance et Honneur
    de nos aînés qui ont combattu pour la paix et la liberté. Jamais plus qu’aujourd’hui, nous devons défendre et appliquer notre devise : « LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE » mais cela ne doit pas être que des mots. Il nous faut transmettre ces valeurs à nos concitoyens quelqu’ils soient, à nos enfants. La liberté, l’égalité et la fraternité que nous prônons, ne peut-être qu’un passeport pour la paix et ce passeport doit être retiré à tous ceux qui ne suivent pas cette voie que nous ouvre notre
    République, et qui préfèrent la guerre et leur intérêt personnel ou financier. Combattons donc tous ceux qui, au nom de la Fraternité, s’accrochent à notre République comme des sangsues, veulent déstabiliser notre France et nous conduisent à la catastrophe et à la guerre civile. Relevons le défi
    en mémoire de ton père et de tous les Harkis. Courage Kader ! A toi et toute ta famille !

    Amicalement
    Christian REY

  11. Gérard Delpretti dit :

    Cher Kader, je vous présente mes sincères condoléances pour cette perte cruelle d’un père bien aimé. Il a lutté pour l’honneur ce qui lui a donné une dimension extraordinaire.Que Akli repose en paix! Avec toute ma sympathie

  12. Cervera dit :

    Sincères condoléances Kader, Le départ d’un père est toujours douloureux. Je tiens à vous présenter mes plus sincères condoléances.Perdre un être cher est très douloureux,mais il se tient toujours prés de vous.Avec toute ma sympathie.F.Cervera

  13. Cher Monsieur ,
    Mon émotion est grande , et je pense beaucoup à vous et votre famille … Mes prières s’ unissent aux vôtres et vont à tous ceux qui ont chéri l’Algérie du temps des harkis et de leurs amis !
    Un grand merci pour votre fidélité dans ces épreuves traversées et avec ma profonde sympathie fraternelle . Gislaine Parodi

  14. Yacono gerard dit :

    Les témoins et acteurs de cette tragédie disparaissent, ils emportent avec eux l’amertume d’une trahison à nulle autre pareille. Mais dans un pays ou la lâcheté est érigée en vertu, le mensonge et la falsification en vérités, nous avons compris, hélas tardivement, d’ou et de qui venaient nos malheurs, coupables nous-mêmes d’avoir accordée notre confiance à ceux qui ne la méritait pas.
    Fraternellement G.Yacono

  15. CHUPIN Bernard dit :

    Avec tout mon respect, ma reconnaissance, ma tristesse. Les Musulmans qui ont combattu pour cette cause étaient des visionnaires, Harkis mais aussi toutes ces populations qu’ils protégeaient et dont on ne parle jamais. Aujourd’hui, le monde devrait comprendre qu’ils étaient des Justes

  16. ELLUL Francis dit :

    Cher Monsieur HAMICHE, recevez mes sincères condoléances et toute notre sympathie pour vous et votre famille. Soyez certain que nous sommes fiers du combat de votre Papa et de tous nos Frères Harkis. même si cette France n’a toujours pas été reconnaissante.Amitiés…… Francis ELLUL.

  17. Patrick Rodriguez dit :

    Sincères condoléances Kader . Votre père était un héros comme tous les Harkis .

  18. Germain LOPEZ dit :

    Perdre son père reste une épreuve pour les enfants. Mais quand ce père a été un exemple de fidélité à la parole donnée et d’honneur dans le comportement, ce doit-être encore plus difficile, mais oh combien valorisant pour tous. Sincères condoléances d’un pied-noir..

  19. Cher Kader; mes condoléances les plus sincères !
    Ayant commandé une harka en Algérie en tant qu’officier, je ne peux oublier ces fidèles combattants fiers d’être français. Le jour où nous les avons lâchement abandonnés a ouvert en moi une plaie qui ne se refermera jamais. Vous devinez mon émotion lorsque, chaque année, je dépose une gerbe au monument aux mort de ma ville ! Je n’oublierai d’ailleurs jamais les officiers supérieurs qui m’ont blâmé face à ma révolte !!!… Je garde votre livre en bonne place dans ma bibliothèque !

  20. CHAMBRE Hélène dit :

    CHER KADER , je prends part à votre peine . Petit à petit nous voyons disparaitre nos anciens, ce sont des moments très durs à vivre . Veuillez recevoir mes très sincères condoléances pour vous et pour toute votre famille , avec mon amitié . HELENE CHAMBRE

  21. Kader Hamiche dit :

    Chers amis, je vous remercie pour ces témoignages de respect pour mon père et de soutien pour ma personne. Sachez que je ne suis pas triste car il est parti, selon son médecin, « confortablement », paisiblement, dans son sommeil, en entendant sans doute deux de ses fils deviser dans le séjour de sa maison de Dreux.

    Mon père est mort d’une mort que je souhaite à tous ses frères d’armes, sans exception, qui nous restent encore. D’ailleurs, est-il vraiment mort ? Les Romains disaient qu’un mort ne l’était vraiment que quand on ne prononçait plus son nom. Je crois que mon père n’est pas près de mourir.

    J’ai reçu de Marie Elizabeth (Betty), de Paris, un poème de Charles Péguy et un de Mary Elizabeth Frye (une Américaine qui ressemble furieusement à… Margareth Thatcher) qui disent bien mon état d’esprit du moment et celui des nombreux miens, petits et grands.

    Voici le second, dont tout indique qu’il est, en plus développé, inspiré du premier.

    Merci encore pour votre soutien !

    Kader H.

    _______________

    Ne pleure pas devant ma tombe
    Mary Elizabeth Frye

    Ne reste pas là à pleurer devant ma tombe,
    Je n’y suis pas, je n’y dors pas…
    Je suis le vent qui souffle dans les arbres
    Je suis le scintillement du diamant sur la neige
    Je suis la lumière du soleil sur le grain mûr
    Je suis la douce pluie d’automne…
    Quand tu t’éveilles dans le calme du matin,
    Je suis l’envol de ces oiseaux silencieux
    Qui tournoient dans le ciel…

    Alors ne reste pas là à te lamenter devant ma tombe
    Je n’y suis pas, je ne suis pas mort !
    Pourquoi serais-je hors de ta vie simplement
    Parce que je suis hors de ta vue ?
    La mort tu sais, ce n’est rien du tout.
    Je suis juste passé de l’autre côté.
    Je suis moi et tu es toi.
    Quel que soit ce que nous étions l’un pour l’autre avant,
    Nous le resterons toujours.

    Pour parler de moi, utilise le prénom
    Avec lequel tu m’as toujours appelé.
    Parle de moi simplement comme tu l’as toujours fait.
    Ne change pas de ton, ne prends pas un air grave et triste.
    Ris comme avant aux blagues qu’ensemble nous apprécions tant.
    Joue, souris, pense à moi, vis pour moi et avec moi.
    Laisse mon prénom être le chant réconfortant qu’il a toujours été.
    Prononce-le avec simplicité et naturel,
    Sans aucune marque de regret.

    La vie signifie tout ce qu’elle a toujours signifié.
    Tout est toujours pareil, elle continue, le fil n’est pas rompu.
    Qu’est-ce que la mort sinon un passage ?
    Relativise et laisse couler toutes les agressions de la vie,
    Pense et parle toujours de moi autour de toi et tu verras,

    Tout ira bien.
    Tu sais, je t’entends, je ne suis pas loin,
    Je suis là, juste de l’autre côté.

  22. MIGLIACCIO Edmond dit :

    Sincères condoléances Kader, le départ d’un père est toujours douloureux. Dans ces moments difficiles je vous apporte toute mon amitié si cela peut vous aider à surmonter votre peine. Je suis sûr que de là haut de temps en temps il vous fera un clin d’oeil pour vous pousser à continuer le combat dans les valeurs qu’il vous a transmises.

  23. Sophie Lopez dit :

    Mes pensées vont vers vous, Kader Hamiche et votre famille, dans ce pénible deuil qui vous touche. Je tenais à exprimer toute ma reconnaissance et ma déférence, en tant que fille de « pieds- noirs » envers votre père ainsi que tous nos compatriotes Harkis, pour les courageux combats qu’ils ont menés au nom de La Patrie et qui justifient celui que vous poursuivez en leur mémoire.
    Soyez assuré de toute ma sympathie et de mon soutien dans cette épreuve.
    Sophie Lopez

  24. Ortuno Claude dit :

    J’apprends par ton message le décès de ton papa. Une bien triste nouvelle et le chagrin envahit mon coeur. Un homme courageux et sincère nous a quittés. La France perd un de ses combattants qui ont eu la volonté et l’honneur de la servir surtout dans les moments les plus difficiles. Ton père était un homme libre et toujours fidèle à ses idées. Dans ces douloureux moments je te présente, ainsi qu’à ta famille, toutes mes condoléances et je te prie de croire à mon amitié et à mon admiration. Bon courage pour traverser ce moment difficile. RESPECT.

  25. DALLAS Jean-Pierre dit :

    Monsieur Hamiche je prends connaissance du décès de votre père. Quel que soit l’âge où survient cette séparation, elle est douloureuse surtout si, comme c’est votre cas, le père a été une exemple, et qu’on lui voue affection et admiration. Acceptez mes condoléances vraiment sincères, et l’assurance de mes sentiments fraternels dans la mémoire de notre passé commun. DJP

  26. antoineorsero dit :

    Cher Monsieur Hamiche,

    Triste nouvelle qui me parvient. Je vous présente mes sincères condoléances! Perdre un être cher est très douloureux, j’en sais quelque chose!

    Qu’il repose en paix et Dieu protège votre famille

    Amitiés

  27. PICARD dit :

    Cher Monsieur HAMICHE, je me joins à toutes ces personnes qui s’associent à votre peine, autant en tant qu’ami qu’ancien combattant AFN. Je pense qu’il aurait été heureux de voir son fils terminer son livre sur l’Islam avec l’esprit de tolérance qui était le sien comme il est le vôtre. En union de pensée. D.Picard

  28. LEFEBVRE dit :

    Cher Kader,
    je prends connaissance de cette terrible nouvelle ! je sais que vos liens très forts avec votre papa donnaient un piment à votre vie, votre combat ! je suis sincèrement désolée pour vous et les vôtres ! c’était un héros ! on commence à reparler des Harkis ! honneur et fidélité ! peu de français peuvent se targuer d’en dire autant ! Respect et souvenir !

  29. Gérald OTTAN dit :

    Recevez mes condoléances attristées.

  30. Jacques JACHETTA dit :

    Cher Mr HAMICHE,
    Vous nous apprenez le décès de votre père, et malgré son âge, je sais que cela doit être dur pour vous. Je tiens à vous présenter mes plus sincères condoléances. Je viens aussi témoigner du grand respect que j’éprouve pour les personnes, comme lui, qui ont sacrifié leur vie pour la France qui n’a pas, c’est le moins que l’on puisse dire, été très reconnaissante envers elles.

  31. Gerald Barbaroux dit :

    Que Dieu protège ta famille kader

  32. Seguin Claudie dit :

    Cher Ami, je pense à toi aux tiens à tous ceux qui ont connu ton Papa, sa Sagesse a fait qu’il a pu pendant longtemps te transmettre les valeurs qui l’ont animé. Les souvenirs aideront à combler l’Absence, qu’il repose en Paix et que la Paix soit aussi en toi. Amitiés sincères,

    Claudie Seguin

  33. AUBERT Marie dit :

    Bonjour Monsieur Kader Hamiche , c’est avec beaucoup d ‘émotion que j ‘apprends la triste nouvelle , et la douleur qui vous touche ainsi que votre famille , et aussi tous vos amis car nous sommes de la même famille de coeur . Il est toujours difficile de perdre un être cher , le père , le papa pilier de la famille , nous sommes tous un jour confronté à ce dur moment , difficile de la séparation , on le sait , depuis toujours , mais le jour arrive et la douleur est intense , le chagrin immense Recevez toute ma sympathie et mes sincères condoléances , votre lettre est touchante d ‘amour et de générosité , nous avons perdu un soldat amoureux de la France …..si souvent pas très reconnaissante envers ses enfants …….et ce slogan dérisoire  » nos ancêtres les gaulois  » sur lesquelles il y aurait beaucoup à dire ….Recevez toute mon amitié ….. Marie

  34. Françoise BOURGADE dit :

    Monsieur Hamiche, je viens de prendre connaissance de votre message annonçant le décès de votre papa. Malgré son bel âge, il est toujours très difficile de voir disparaître un de ses parents et je tenais à vous assurer que toutes mes pensées vous accompagnaient dans ces douloureux moments. Nous appartenons à cette génération « Pieds-Noirs » fière de ses origines et du passé de la France sur notre belle terre d’Algérie mais qui, malheureusement, n’existera plus bientôt…….
    Sachez que j’ai toujours beaucoup respecté les Harkis, leur fidélité et leur courage.
    Avec toute ma sympathie, F.Bourgade

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.