A quoi joue Alain Juppé ?

Juppé n’a aucune chance de gagner ; pourquoi s’accroche-t-il ?

doc2-page-001Alain Juppé, dans la défaite, se découvre d’une violence et d’un mauvais esprit insoupçonnables ; en deux mots, mauvais joueur. Attaquer François Fillon sur son programme alors qu’il ne présente que des différences de degré avec son propre programme est d’une insigne mauvaise foi. L’attaquer sur les ralliements « d’extrême-droite » parce que Chauparade, qui ne rate aucune occasion de venger son éviction du FN, a appelé à voter pour Fillon est indigne. Quant à la critique des positions de Fillon en matière d’éthique (avortement) et de société relève franchement de l’ignominie de la part de quelqu’un qui, si on en croit ceux qui le connaissent de longue date, ne s’est découvert « progressiste » que très tardivement. De fait, la campagne de deuxième tour d’Alain Juppé, que d’aucuns qualifient « de gauche », n’a rien, en moins vulgaire, à envier à celle de Libé.

Dès lors, une question se pose : comment un homme politique averti, intelligent, censé, cultivé et expérimenté comme Alain Juppé, un ancien Premier Ministre de la France dont on a dit avant sa condamnation en lieu et place de Jacques Chirac dans l’affaire des emplois fictifs de la Ville de Paris, qu’il avait l’étoffe d’un homme d’État, peut-il se laisser aller à de telles dérapages ? Comment un homme qui, non seulement a gouverné avec François Fillon mais qui, de surcroît, est son ami, non au sens politique mais au sens humain du terme, a-t-il pu se laisser glisser sur cette pente ? La réponse est dans mon article d’avant-hier « Fillon Président, la Nation contre une coalition d’Euro-mondialistes » : ce n’est évidemment pas la désignation du candidat de Droite à la Présidentielle de 2017 qui se joue ; elle est jouée depuis le soir du 1er tour. Ce qui se joue, c’est la reconfiguration du paysage politique ET civilisationnel français. (Ceux qui me suivent depuis longtemps comprendront ; pour les autres, je les invite à lire mes articles précédents à commencer par celui de mardi).

Mes lecteurs un peu taquins me diront qu’un fois de plus, je me montre bien péremptoire, au moins sur le résultat de dimanche prochain. A ceux-là, et aux autres, je demande : qui peut envisager une seconde qu’Alain Juppé peut rattraper son retard de plus de quinze points sur François Fillon ? Supposons qu’il le puisse, dans l’absolu ; qui peut, alors dire, dans l’hypothèse où les reports logiques se feront normalement, qu’Alain Juppé, qui n’a pour réserves que ses propres voix (28,6% du total) augmenté de celles de NKM (2,6%) et de Jean-François Copé (0,3%), soit 31 points, peut rattraper les 38 points qui les séparent du total des réserves de François Fillon (44,1% + 20,7% de Nicolas Sarkozy, +2,4% de Bruno Le Maire + 1,5% de Jean-Frédéric Poisson = 69%) ? Pour ceux qui ne sont pas encore convaincus, pour qui croyez-vous que les 15% d’électeurs « de gauche » qui se sont immiscés dans ces primaires ont voté au 1er tour ? Pour Fillon ? Sûrement pas ! Ils ont voté pour Juppé pour éliminer Sarkozy ! Mission accomplie, ils resteront à la maison dimanche prochain.

A plus forte raison quand on sait que la qualification de François Fillon pour la Présidentielle de 2017 en lieu et place de Nicolas Sarkozy et d’Alain Juppé redistribue les cartes (lire). Et elle redistribue dans un sens favorable à la gauche qui, pour la première fois, entrevoit la possibilité de qualifier son candidat pour le second tour de la Présidentielle. En effet, la conséquence politique la plus intéressante de cette configuration pour l’avenir est l’affaiblissement de Marine Le Pen. Je ne reviendrai pas sur mon argumentation mais il y a tout lieu de penser que François Fillon récupérera une très grande partie des électeurs naturels de la Droite qui ont voté pour MLP en 2012 parce qu’ils se sont sentis trahis par Nicolas Sarkozy auquel ils avaient porté leurs suffrages en 2007. Pour ne rien cacher, je pense en mon for intérieur que MLP ne dépassera pas 14%. (Je dirai pourquoi dans un article à venir) ce qui fera de la peine à nombre de mes lecteurs sincères qui voient en elle le seul rempart à la décadence de notre pays. Mais, tant pis !

En appelant le peuple de gauche à venir l’aider au 2ème tour, Alain Juppé a installé un climat qui, de l’aveu des « observateurs » patentés, rendra difficile la « réconciliation » au sein de la « famille » de « droite et du centre » (il y a plein de guillemets car il suffit qu’un mot soit utilisé en politique pour, comme les mots affublés du qualificatif « militaire », qu’il perde son sens[1] ). Pour eux, Juppé s’est discrédité aux yeux de ses anciens électeurs, c’est tout. Et ils n’ont pas cherché à voir plus loin. Par exemple, la question de savoir si Alain Juppé tient tant que ça à ce que la « famille » dans sa configuration LR-UDI soit préservée n’a pas été posée. Je pense évidemment que non. Son projet est ailleurs : il est, avec ses complices Bayrou, Macron et tous les représentants de l’anti-France de « droite » et de « gauche » qui sont passés par la French american foundation, de construire cette fameuse mouvance euro-mondialiste (elle a perdu sa dimension atlantiste car Trump n’en veut pas), qui veut construire une Europe des grandes régions transnationales, supranationale, ouverte à tous les vents, immigrationniste et communautariste.

Quel intérêt pour lui, me direz-vous ? A cette question, je répondrai que l’accomplissement d’un projet idéologique à l’échelle d’un continent porte en lui-même sa propre récompense. Cinquante-trois ans après sa mort, on parle encore de Robert Schuman parce qu’il a été, dit-on « le père » de l’Europe (je dirais plutôt l’agent du lobby atlantisten mais passons !). Personne, surtout à l’âge d’Alain Juppé, ne mépriserait l’idée de laisser une trace de son passage dans cette vallée de larmes. Et puis, finir Président de l’Europe, le rêve que Giscard d’Estaing caresse encore à 90 ans (!), ce ne serait pas mal, pour lui, non ?

_____________________

[1] « Il suffit d’ajouter « militaire » à un mot pour lui faire perdre sa signification. Ainsi la justice militaire n’est pas la justice, la musique militaire n’est pas la musique ! » Georges Clémenceau

Ce contenu a été publié dans Actualité politique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à A quoi joue Alain Juppé ?

  1. honore dit :

    Mlp excusez moi du peu sera inévitablement au second tour. Attention je partage l’opinion d’Henry guaino dans les grandes gueules le programme de Fillon est anti social sur bien des points la sécurité sociale à géométrie variable qui vise a la privatiser . la TVA sociale…comme Henry guaino avec un tel programme Fillon aura ces 4 millions de voix de droite et c’est tout. La gauche peut se frotter les mains et le front national aussi d’ailleurs. La présidentielle est l’histoire d’un homme et le peuple Fillon devrait revoir sa copie on n’est pas élu dans l’injustice!

    • Kader Hamiche dit :

      M. Honoré, je suis obligé de répéter ici que Marine Le Pen n’a pratiquement aucune chance d’être au second tour de la Présidentielle mais je n’argumenterai pas dans ce sens car je l’ai déjà beaucoup fait.
      En revanche, et comme j’aime bien mes vieux lecteurs Piénoirs meutris par l’Histoire et sincèrement attachés au FN, je vous dirai qu’il y a UNE possibilité pour MLP d’être au second tour : c’est que… François Bayrou se présente. Étonnant à première vue mais vous allez comprendre.
      F. Bayrou n’a aucun intérêt de se présenter POUR LUI-MÊME si ce n’est pour, grâce à un 4ème tour de piste, revenir à l’écran. Mais sa candidature présente un intérêt pour les élus qui le soutiennent encore qui est de s’assurer des circonscriptions législatives. En effet, il y a tout lieu de penser que François Fillon va se montrer intraitable avec tous ceux qui lui ont, à un moment ou à un autre, manqué. Sans l’investiture de l’UMP (Reps + UDI), les « amis » de Bayrou vont se faire balayer. Du coup, ils n’hésiteront pas à se rallier à Macron qui a toutes les caractéristiques pour plaire à ces centristes européistes fanatiques. Bayrou candidat les en empêcherait et, surtout, prendrait deux millions de voix qui manqueraient à Macron pour aller au second tour de la Présidentielle.
      Dans cette hypothèse, le « ticket » d’entrée au second tour de la Présidentielle, qui serait acquis avec moins de 17% au premier, ne pourrait pas échapper à Marine Le Pen.
      Vous me direz que ce raisonnement est tordu mais c’est ça aussi, la politique. A la place de François Fillon, je n’hésiterais pas à soutenir en coulisses la candidature de Bayrou.

  2. STANISLAS dit :

    Bonsoir M. Hamiche.
    En valeur absolue et mathématiquement, la partie est gagnée pour Fillon ! Sauf si, ceux qui lui ont permis ce score, estimant que l’écart est confortable, s’abstiennent, et que Juppé, par ailleurs, reçoive une participation d’électeurs de gauche jouant leur « va-tout » ! Si une telle « improbabilité » se présentait, ce serait un joli bazar car il ne serait pas acceptable pour les « Républicains » d’avoir un candidat plébiscité par l’opposition !!! Espérons donc que la logique prévue sera bien traduite dimanche dans le fait des urnes. Bien cordialement.

  3. Jany dit :

    Cher Kader c’est un plaisir de vous lire.J’ai une petite remarque à faire sur votre étonnement à propos du comportement de M.Jupé.Je suis un peu plus vieille que vous et je peux vous dire que rien ne m’étonne,il a toujours été cassant, méprisant et surtout imbu de sa personne : »chasser le naturel,il revient au galop »! IDe plus il a fait une campagne de présidentielle et non de primaire de droite et du centre tant il était certain de lui ,porté par les journaux de gauche ! Ce qui m’amène à ma deuxième remarque: bien qu’il ait une idéologie euro-mondialiste,c’est surtout Lui qui prime !
    Votre analyse du FN me semble juste vu les attaques dès le soir du 1er tour par Nicolas Bay.Ils savent très bien qu’ils risquent de perdre la Vraie droite partie chez eux en désespoir de cause et de ne pas être présent au 2ème tour du à une gauche revivifiée face à Fillon .
    Amicalement

  4. Martinez dit :

    Comme d’habitude, vous faites, Kader une très bonne analyse. Comme vous je pense que MLP ne sera pas au 2e tour, qu’elle va perdre des voix qui se reporteront chez Fillon, puisqu’il a copié MLP, et elle devra réécrire son programme et avoir une autre stratégie. Quant à Fillon, il n’a aucune chance d’ètre élu et si Valls est candidat, il sera élu. C’est en lisant le programme de Fillon et celui de Sarkosy, que j’ai compris que la gauche continuera le travail qu’elle a commencé. Je ne sais pas si j’irai voter au 2e tour des primaires. Les dés sont jetés. La droite ne veut pas le pouvoir, elle se sent incapable de redresser le pays idem pour MLP. Bonsoir Kader et encore merci de cette analyse politique. Georgette

  5. ANDRE BIANCHI dit :

    Analyse particulièrement pertinente. Seul point de désaccord est le score de MLP. Je ne pense pas qu’elle subisse une perte de voix, bien au contraire. Même si j’ai des doutes quant à ses capacités à diriger le pays elle va surement surfer sur les tendances actuelles de retour vers le populisme. Les prochaines élections (re et re) en Autriche seront significatives après Monsieur Trump aux Etats Unis. Par ailleurs je pense que la désignation du candidat numéro 2 des prochaines présidentielles se fera aux environs de 18 /19 % ce qui ouvre en grand les possibilités et rien n’empêche que le deuxième ne soit Valls, voire Macron. Non?

    • Kader Hamiche dit :

      Pour moi, MLP n’a plus aucune chance de figurer au second tour. Mais je ne veux pas revenir là-dessus (voir l’article de mardi). Macron sera concurrencé par Bayrou et plus sûrement encore laminé par les socialistes. Quant à Valls, ne pas se présenter serait pour lui une faute professionnelle. S’il y va, il sera au second tour. Les campagnes électorales changent beaucoup de choses et, dans ce domaine, les socialistes en connaissent un rayon.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.