Macromania !

Une twitteuse : « J’en ai déjà marre du quinquennat Macron ! »

La journée du dimanche 14 juin 2017 a été dure, très dure aux téléspectateurs. Enfin, c’est ce qu’on m’a dit ; moi, je n’ai pas regardé la télé. Mais, dans la nuit, j’ai lu une multitude de tweets et d’articles de presse sur les dithyrambiques reportages et commentaires des télés sur l’investiture du petit Macron. Et je n’ai pas échappé à quelques images qui m’ont vraiment mis mal à l’aise. L’une d’elle, Macron tirant l’oreille de Bayrou, fut un sommet. Beurk !

Aujourd’hui lundi, c’est l’accueil fait à la désignation d’Edouard Philippe comme Premier Ministre qui choque. La quasi totalité des commentaires a porté sur la soi-disant explosion de la Droite que cela va, immanquablement selon les spécialistes auto-proclamés, provoquer. Cela s’appelle, non pas la méthode Coué mais le conditionnement. En effet, les pros de la politique savent bien que certains Français ont tendance à voter pour celui dont on leur a fait croire qu’il allait gagner. D’où, comme pour la Présidentielle, le bourrage de crâne qui a commencé sur le résultat final des Législatives.

Qu’en est-il en réalité ? Il semble que tout le monde oublie d’où vient Macron. A l’exception de quelques observateurs honnêtes, chacun fait comme si son élection à la Présidentielle était écrite et comme si, dans la foulée, il était naturel que les Français lui donnent une majorité législative qui lui permettrait de gouverner à sa guise. Oublié, le Pénélopegate qui a mis à bas un Fillon promis à une large victoire et provoqué l’exode des Juppéo-Centristes chez Macron. L’élection de celui-ci est un accident ; elle ne change pas les termes du débat politique et les forces en présence avant la Présidentielle : 1° les électeurs prêts à redonner sa chance à la Droite dite « républicaine » sont toujours aussi nombreux ; au premier tour de la Présidentielle, ils se sont répartis autrement, voilà tout : sept millions sept-cent mille pour Marine LE PEN, sept millions deux cents mille pour François Fillon, un million sept-cent mille pour Nicolas Dupont-Aignan et quelque huit cent mille perdus pour tout le monde. Combien d’autres sont allées à Emmanuel Macron ? Sans doute une bonne moitié des huit millions six-cent mille qui se sont portées sur son nom. Ainsi, l’électorat de droite représente au bas mot 58% du total et, s’il avait été confronté à un candidat républicain même affaibli par les affaires tel que Fillon, Macron eût été balayé. Que feront les électeurs qui ont voté pour lui à la Présidentielle quand il s’agira d’élire des amateurs parfaitement inconnus d’eux ou des opportunistes, surtout ceux venus de la gauche, prêts à se vendre au plus offrant ? Les Français veulent toujours l’alternance et ils la veulent franche et massive ; 2° la Droite « républicaine » bénéficiera systématiquement du report des électeurs de gauche contre ses adversaires FN et de ceux du FN contre ses adversaires de gauche… y compris les macronistes ;. 3° à l’inverse, Emmanuel Macron s’est d’ores-et-déjà mis à dos l’électorat mélenchoniste en déclarant sa ferme intention de faire une loi El Khomri puissance dix et en frayant avec la Droite. Je serais donc très étonné si ses candidats bénéficiaient au second tour des Législatives de reports suffisants pour être élus.

En définitive, il faut s’attendre à un véritable raz-de-marée électoral en faveur des Républicains. De son côté, il est probable que le Front national paye dans les urnes le fiasco du second tour de la Présidentielle. A supposer que ses candidats soient nombreux à passer le premier tour, ils se feront laminer au second, comme aux Régionales. Même les sortants, tous élus au bénéfice d’une triangulaire, ne seront pas épargnés. D’ailleurs, Marion Le Pen l’a déjà anticipé en se retirant provisoirement de la vie politique. Si elle avait eu la moindre chance d’être réélue, elle serait restée. On dit que Marine Le Pen elle-même envisage de ne pas se représenter.

Est-ce que c’est un bien pour la France ? Oui, dans une certaine mesure car le moindre sursis est bon à prendre. En effet, Emmanuel Macron avec une majorité à l’Assemblée nationale, c’est la porte ouverte à la transgression absolue : la destruction de la France et son remplacement par une Europe supranationale, ouverte à tous les vents, communautariste, gouvernée par des financiers dans une logique consumériste. (Lire Emmanuel Rothschild Président : la fin de la France). Que la Droite dite « républicaine » obtienne la majorité à l’Assemblée nationale et, par conséquent, Matignon, et les choses seront moins simple. Non pas que les républicains soient moins européistes et bradeurs que Macron[1] mais il y a, parmi eux, des Nationistes et Patriotes sincères qui feront tout pour empêcher le pire. Ils seront aidés en cela par une opposition de gauche qui s’opposera sans retenue et, au besoin, dans la rue, à des réformes ultralibérales dictées par l’UE et au retour du TAFTA.

« Encore un instant, Monsieur le bourreau ! » (Jeanne du Barry)

________________________

[1] J’ai naguère théorisé le projet d’un pôle européiste gouvernant ad vitam aeternam avec deux oppositions inconciliables à ses flancs.

Ce contenu a été publié dans Actualité politique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Macromania !

  1. PICARD dit :

    Comme vous pouvez vous en douter, cher Monsieur HAMICHE, je ne peux que vous suivre dans la totalité de votre article. Il y a cependant une inquiétude dont personne ne parle. A-t-on réfléchi sur la grande interrogation de ce qui pourrait advenir en cas de crise internationale grave avec un individu sans expérience et un bouton à portée de sa main, quand bien même il ne serait pas seul à appuyer dessus !?!

  2. Jany dit :

    Bonjour Kader,je partage votre analyse en mettant un bémol sur les législatives .Malheureusement une partie des français se laisse toujours berner par la propagande! A entendre médias et politiques,ce sont des gens de bonne volonté qui s’unissent pour le bien du pays:on ne peut être que d’accord avec ça! Alors qu’enfin la clarification est faite, à savoir le système qui va de Valls à Juppé et qui depuis des décennies fait semblant d’alterner bien qu’ils aient les memes visions du monde et la même politique en somme.Il serait temps que la Vraie droite se réveille et ne soit plus « la plus bête du monde ».Osons l’espérer !
    Quant à Mr.Macron, le culte de la personnalité est En Marche.La passation à l’Elysée s’est déroulée comme il se doit, MAIS son passage à la mairie de Paris m’a atterrée ! On se serait cru à la cour du roi ! Et personne ne l’a relevé même dans les journaux de gauche ni Mélenchon, personne.Seraient-ils déjà tous sous l’emprise ? Cela m’inquiète pour la démocratie!

    • Kader Hamiche dit :

      Vous avez raison, Jany, et vous résumez les commentaires d’autres lecteurs… sauf sur un point : Macron n’aura pas de majorité à l’Assemblée. Les Législatives ne sont pas la Présidentielle. Celle-ci se fait à la télé, laquelle a porté Macron par ses commentaires dithyrambiques et en montrant des images de lui (fournies par lui) très avantageuses. Les Législatives, c’est autre chose, une campagne de terrain, d’égal à égal ; Macron ne sera pas dans les 577 circonscriptions et les télés non plus.
      Il faut toujours garder à l’esprit que, si Fillon n’avait pas été pris par la patrouille, Macron ne serait pas là. Les Français l’ont élu par défaut. D’ailleurs, dimanche, il y avait, sur les Champs-Elysées, deux pelés et trois tordus.
      Tout cela, fait que compte tenu de l’état du FN et des Institutions (système majoritaire à deux tours), les républicains auront la majorité absolue et pourront gouverner. Et c’est tant mieux car ils seront obligés de clarifier leurs positions sur les questions vitales pour la France.
      Il revient à la vraie droite nationiste et patriote de profiter de cette période pour s’organiser. Elle aura trois ans pour le faire car E. Macron dissoudra l’Assemblée à mi-mandat pour tenter de récupérer les mécontentements (car il y en aura et la gauche les exploitera dans la rue et via les médias complices, avec son soutien).
      Rendez-vous donc en 2020 (et non 2022).

  3. bonjour kader;ouled bledi PHILIPPOT veut créer une association \ \ les patriotes// qui est qui je ne comprend pas,tu nous parles souvent des patriotes ?je suis heureux de savoir que tu es candidat aux législatives a BéZIERS mais sous qu’elle étiquette ?salutation

  4. Morin Gérard dit :

    La macromania vient d’atteindre un niveau d’abjection rarement atteinte. Et ça va durer encore 5 ans? Et peut-être 10? Personnellement je préfère les vieux c… aux jeunes, ils durent moins longtemps.
    Et comme chaque fois que tout doit changer, rien ne change, j’attends avec impatience de voir comment le nouveau premier ministre va nous expliquer ses exigences de transparence et de fidélité à ses principes.
    Véritable girouette politique, il a aussi subi une suspension de son permis de conduire pour grand excès de vitesse (pas mal pour un élu de cette importance), mais surtout un blâme, un BLÄME, de la Haute Autorité machin-machin pour « manquements d’une certaine gravité » dans sa déclaration de revenus (déroulez la Toile, c’est édifiant!
    Bravo, Macron. Au comité Bilderberg ne dit-on pas que « qui se ressemble s »assemble »?

  5. macia dit :

    OUI Kader, je partage totalement votre point de vue, j’espère qu’il se concrétisera.

  6. Robert dit :

    Je suis moins certain que vous d’un « raz de marée » en faveur des Républicains. Le choix d’un premier ministre LR vise à capter des voix de droite, et cela va marcher avec une partie de l’électorat ( de quelle importance ?).
    En outre, nombre d’électeurs risquent de se laisser séduire par la nouveauté que représentent des candidats venus de la société civile, même sans expérience. Au final, nous risquons de nous retrouver avec un rapport de force moins franc qu’il n’y paraît…

Laisser un commentaire