Législatives 2017 : un 1er tour en trompe-l’oeil

Une vaguelette Macron aux effets de tsunami

La propagande médiatique en faveur de Macron a eu des effets dépassant ses espérances. A force de s’entendre dire que les Législatives étaient jouées, les Français ont boudé les urnes. Enfin, pas tous : 85% des électeurs d’En Marche ont confirmé leur vote du 23 avril contre seulement 68% de ceux cumulés de François Fillon et des « divers droite », 35% (trente-cinq pour cent !) de ceux additionnés de Marine le Pen et Nicolas Dupont-Aignan, et 51% de ceux de Jean-Luc Mélenchon, candidat commun aux Insoumis et au PC.

Les amateurs de complotite pourront toujours dire que c’est l’effet de la seule propagande macroniste largement relayée par les médias télévisuels. En vérité, il y a un peu de ça et, d’ailleurs, le manège a repris dès 20h01 hier soir ; il n’en reste pas moins qu’il y a des raisons objectives à l’abstention massive de ce dimanche 11 juin. La première et la plus importante est le comportement irrationnel de Marine Le Pen et de Jean-Luc Mélenchon entre les deux tours de la Présidentielle. MLP a perdu en un débat, qui restera comme le pire de l’histoire des Présidentielles, les acquis d’une excellente campagne de premier tour ; le second s’est montré mauvais jouer, de mauvaise foi, irresponsable et, finalement, démobilisateur pour son propre camp.

S’agissant de l’absence et de l’échec des LR-UDI, il a, outre une campagne informe, des causes plus profondément politiques : les électeurs de droite n’ont pas apprécié le positionnement de leurs leaders. Au lieu de revenir à leurs fondamentaux en se démarquant clairement de celui qui les a privés d’une alternance légitime, les Baroin, Juppé et autres Raffarin ont passé leur temps à dire qu’ils allaient travailler à l’Assemblée nationale à son succès. Nul doute que cela a dû écorcher l’ouïe de millions d’électeurs résolument de droite.

Même quand ils s’opposaient, les champions LR-UDI l’ont fait sur des questions, comme le transfert des prélèvements des cotisations sociales à la CSG, la suppression de la taxe d’habitation ou la baisse des dépenses publiques, que les français ne considèrent plus comme prioritaires. Tous les thèmes qui font le quotidien des réseaux sociaux, l’immigration massive et la communautarisation de la société dorénavant vécues par de très nombreux Français comme un « grand remplacement » et une islamisation du pays, ont été soigneusement occultés. En tout cas, les français eussent aimé que, sur ces questions, la pseudo-droite se montre moins velléitaire et prenne des positions tranchées et radicales.

D’autres thèmes plus graves encore car de portée existentielle ont été carrément occultés comme si notre classe politique ne jugeait pas les Français aptes à saisir les questions autres que matérielles et égoïstement alimentaires. C’est le cas de la menace que fait peser l’élection de l’ultra euro-mondialiste Emmanuel Macron sur la survie de la France en tant qu’état-nation. Enfin, les électeurs de la « droite de gouvernement » ont été frustrés d’une offensive digne de ce nom sur les affaires qui touchent de nombreux ministres et candidats macronistes. Tous ces manques ont semé le trouble dans les esprits au point que les Français sont de plus en plus nombreux à la connivence des politiques.

Hier soir, je pensais encore que la « droite » allait se ressaisir entre les deux tours et faire une campagne susceptible de redresser la tendance. Je me disais que, là où les candidats LR-UDI font face à ceux de la République en marche, ils peuvent encore majoritairement l’emporter. En étudiant cette nuit les résultats du premier tour, non seulement j’ai compris que la « droite » avait renoncé à se battre mais j’ai aussi conclu au désenchantement des Français. Au mieux, je crois que les plus entreprenants de nos concitoyens ont décidé de faire l’impasse sur ces Législatives. Il est vrai que les trois ans à venir ne proposent aucune élection à part les Sénatoriales, qui regardent les seuls élus.

(A suivre)

Ce contenu a été publié dans Actualité politique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à Législatives 2017 : un 1er tour en trompe-l’oeil

  1. MEDJADI dit :

    En relisant mon commentaire, je constate avoir omis NICOLE aprés  » chère « … à présent j’espère que les lecteurs comprendrons à qui je m’adresse…

  2. MEDJADI dit :

     » Chère  »
    Êtes-vous dyslexique? dans ce cas je comprends que vous appelez Kader..Kamel??? Dans le cas contraire auriez vous l’amabilité de me dire qui est ce Kamel à qui ( par deux fois ) vous répondez élogieusement??

    • Nicole. dit :

      À « medjadi ».- Autant j’aurais volontiers accueilli cette remarque sur ce lapsus – que je reconnais par ailleurs – si notre ami me l’avait lui-même adressée, autant je suis consternée par le cynisme et l’outrecuidance de votre minable intervention.
      Je suppose que, n’étant pas « dyslexique », vous, l’homme parfait, vous ne faites jamais d’erreur et c’est cela qui vous autorise, sans nul doute, à jouer les rigolos, céans.
      Mais, au fait, savez-vous, au moins, ce que recouvre ce terme que vous utilisez si lestement : « dyslexique » – et les souffrances qu’il recèle pour ceux qui en sont, hélas, atteints ?
      Je vous recommande de vous référer, le plus souvent possible, à vos dictionnaires avant de vous lancer dans quelque discours de ce genre. Il en est d’excellents en ligne.

      Avec toutes mes excuses, cher Kader, je vous redis mes plus cordiales salutations.

  3. STANISLAS dit :

    Même si la situation parait problématique, un espoir subsiste quand même. Cette « majorité » sera un patchwork. D’une part il y aura des jeunes non rompus à la politique et qui seront donc des bénis oui-oui, et il y aura un volet constitué par les ralliés opportunistes. Et ceux-là, auront intérêt à jouer les censeurs s’ils ne veulent pas être totalement coupés de leur parti originel. Autrement dit, il se peut, si des mesures à prendre étaient trop impopulaires, qu’ils jouent les trouble-fête et qui devraient peut-être même, être mieux « écoutés » que s’ils appartenaient à une opposition normale. Sinon………..!!!

  4. Nicole. dit :

    Merci, Kamel ! Votre réponse me renvoie un peu de cette lumière que j’espère et qui nous manque cruellement par les temps qui courent. Quand donc, s’ils existent, les lions rassembleront-ils le troupeau de chèvres dispersées, de plus en plus désemparées et envahies par la vermine destructrice ?
    Je connais beaucoup de ces proverbes Kabyles empreints d’une sagesse infinie : leur enseignement a bercé l’imaginaire débridé de mon enfance là-bas, au pays du soleil… Encore merci.

  5. André Bianchi dit :

    Analyse réaliste d’un résultat catastrophique… Même pas sûr que le FN ait un seul élu… A la limite, est ce que ça ne serait pas une bonne chose que Macron ait non seulement la majorité mais la totalité des sièges ? Tu ne peux savoir à quel point je regrette de n’être pas parti en Argentine quand c’était possible….Pauvre pays, pauvres français. Qu’allons-nous devenir?

    • Kader Hamiche dit :

      Tu as bien fait de rester, André. Quand il fut arrêté par la Gestapo, à Nice, après des mois à se cacher, Tristan Bernard, soulagé, dit : « Nous avons vécu dans la peur ; maintenant, nous vivrons dans l’espoir ! » Evidemment, la situation n’est pas à ce point dramatique pour nous autres pauvres hères prêts à tout supporter pourvu de survivre., mais elle l’est pour la France. Car je maintiens que LE projet de Macron et de ses parrains est la destruction des nations, à commencer par notre pauvre France.
      La vertu de ces Législatives est qu’elles l’inciteront à sortir très vite de l’ambigüité, ce qui finira, peut-être, par ouvrir les yeux des Français. Nous serons là pour les y aider… et nous y opposer.
      Mon cher André, forts de notre expérience de ce que les PN n’ont pas su faire pour l’Algérie française, nous saurons nous opposer à la liquidation de la France. C’est ce à quoi notre mouvement citoyen Peuple & Nation servira. (A suivre)

      • Edith Lariviere dit :

        Mon cher Kader, j’espère que vous avez raison et que les français sauront s’opposer à la destruction de la France, mais j’en doute. Quand on voit ce qu’à donné ces elections, c’est à vomir… Il est vrai qu’avec l’age, je suis devenue défaitiste mais je pense de plus en plus à aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte.
        Avec mes meilleurs sentiments.

  6. Nicole. dit :

    Une fois de plus, cher Kamel, j’apprécie votre objectivité ! Cette vision réaliste qu’offrent ces élections marque le profond désenchantement, voire le sentiment d’impuissance et/ou de ressentiment que les Français ont intériorisés face à un « phénomène » (?) qui les dépasse. Les accable. Qu’est-ce qui, in fine, les sortirait de ce désespoir latent ? Par quel coup de baguette magique pourraient-ils enfin retrouver le goût de se battre… pour se faire entendre et changer, vraiment, le cours des choses, sans se perdre en tergiversations et sans fausse honte ? Vers quel abattoir sont-ils sensés se diriger ?

    • Kader Hamiche dit :

      Chère Nicole, les Français n’ont jamais eu le goût de se battre. Mais c’est universel et sans importance, d’ailleurs : un proverbe kabyle dit qu’il vaut mieux une armée de chèvres conduite par un lion qu’une armée de lions conduite par une chèvre. Et ça tombe bien car il y a peu de lions et beaucoup de chèvres. Seuls comptent les meneurs, leur résolution et leur force d’âme. J’en connais !

Laisser un commentaire