Quand mon appel au Général de Villiers fait des émules

Depuis quelques jours, suite à la suggestion du Gilet Jaune Christophe Chalençon de recourir au Général de Villiers pour remplacer Edouard Philippe à Matignon, des bruits courent dans tous les sens et la politico-médiasphère frissonne à l’idée d’un coup d’état militaire. Et les esprits chagrins, qui n’ont rien compris ou fait mine de ne pas comprendre, de se récrier sur le thème : « Un militaire au pouvoir ? On a déjà donné ! » Evidemment, il ne s’agit pas de ça !

Quand, le 14 novembre dernier, j’ai via une pétition sur Change.org, lancé un appel au Général de Villiers pour qu’il participe à la vie politique française, je ne m’adressais pas au militaire mais au citoyen. Et je ne pensais évidemment pas à l’Armée mais à la personnalité. Enfin, il n’était pas question de coup d’état, comme certains l’ont traduit, mais de participation à la vie démocratique.

Cette idée ayant été reprise par le Gilet Jaune Christophe Chalençon sur Europe 1 (mais peut-être a-t-elle naturellement germé dans son esprit ?), elle est abondamment commentée sans que personne ne fasse référence à ma modeste pétition. Mais peu importe ! Quoi qu’il en soit, ce premier rebondissement appelle quelques clarifications.

A ceux qui parlent le yaka-fôkon, je réponds souvent en citant cette phrase mise dans la bouche de l’étranger d’Athènes par Platon dans l’un de ses Dialogues (Le règne de Kronos in Les Lois) : « Que personne, mes amis, n’aille nous persuader que jamais une cité ait d’autre moyen de changer de loi plus facilement et plus rapidement que sous la conduite de ceux qui détiennent le pouvoir : aujourd’hui, il n’y a pas d’autre moyen plus rapide de procéder et, dans le futur, il n’y en aura pas d’autre non plus. » Autrement dit, pour changer les choses, il faut DÉTENIR LE POUVOIR ; et, si on ne le détient pas, il faut AGIR POLITIQUEMENT POUR LE PRENDRE.

Agir politiquement, pour les citoyens que nous sommes, ce n’est pas en appeler à ceux qui attisent le brasier qu’ils ont eux-mêmes allumé mais les remplacer par des gens dont on juge a priori, et sans certitude d’avoir bien jugé, qu’ils VEULENT changer les choses et qu’ils en ont les capacités. C’est très exactement en vertu de ces principes que j’ai appelé le Général de Villiers à s’engager. Je ne reviendrai pas ici sur les raisons qui m’induisent à penser qu’il en a l’étoffe et qu’il est l’homme de la situation (voir mes articles précédents1) ; mon propos est de préciser à quoi j’espère qu’il va postuler, comment il devrait, selon moi, s’y prendre, et ce que le Patriote que je suis attend qu’il fasse une fois au pouvoir.

Christophe Chalençon appelle le Président de la République Emmanuel Macron à nommer le Général de Villiers en lieu et place d’Edouard Philippe au poste de Premier Ministre. Chacun sait d’emblée que ce n’est pas possible ; à moins que le Président ait décidé de faire de la politique un Théâtre de Guignol lyonnais. En effet, imagine-t-on que le Président prendrait pour Premier Ministre un homme qu’il a poussé à quitter son poste de Chef d’Etat-Major des Armées ?

Surtout, c’est très insuffisant ! Le mouvement des Gilets Jaunes met le focus sur les modalités de mise en œuvre d’une politique mortifère pour les Français ; or, l’enjeu va très au-delà de ça ; il s’agit d’une question existentielle pour la France elle-même. Il n’est pas question de changer celui qui va diriger l’équipe chargée d’appliquer la politique du Président de la République mais de SAUVER LA FRANCE. Cela, seule la personne investie des la magistrature suprême peut le faire. Or, celui que les français ont élu en 2017 à cette fonction fait partie de ceux-là mêmes qui veulent faire disparaître la France comme état-nation. C’est ce que le jeune député macroniste Aurélien Taché vient de le dire en filigrane dans une émission de télévision : « Notre programme pour les Européennes est de transférer l’essentiel de la souveraineté nationale vers l’UE ! » Peut-on être plus clair ?

La Constitution de 1958 confère à UN homme et UN SEUL le pouvoir de changer les choses : le Président de la République. Et cet homme, quoi qu’il arriver, a les moyens de rester en place jusqu’à 2022. Ce n’est donc pas à Matignon que nous appelons le Général de Villiers mais à l’Elysée ; et ce n’est pas un Ministère, fût-il le Premier, qu’il doit viser mais la Présidence.

Pour ce faire, le Général de Villiers doit entrer dans l’arène démocratique – pas seulement politique – en se préparant pour la mère des élections : la Présidentielle de mai 2022. En effet, il n’est pas question une seule seconde de l’appeler à participer au jeu sans en respecter les règles. Si nous avions pensé une seconde que tel était son état d’esprit, pas une seconde nous aurions pensé à lui lancer un appel.

Peu importe que le Général de Villiers n’ait pas de troupes : les Français inquiets pour la survie de leur pays seront assez nombreux pour lui en fournir. Les seules erreurs dont il devra se garder sont au nombre de deux : la première est de s’engager trop tôt car il serait aussitôt la cible de ceux, petits et gros, dont il menacerait les positions et le petit commerce ; la seconde est de s’acoquiner aussi peu que ce soit avec l’un ou l’autre des partis en place. Je ne parle pas seulement des partis de gouvernement mais également de ceux qui leur servent de faire-valoir : le RN et Debout la France ; et je passe sur la France Insoumise qui n’est qu’une nième déclinaison du gauchisme français.

Mais je crois le Général de Villiers assez sage et expérimenté, même s’il n’a pas fait de politique politicienne, pour, si tant est qu’il décide « d’y aller », se garder d’erreurs aussi grossières en un temps où tout indique que les Français rêvent d’un « Dégageons-les TOUS ! »

_____________

Appel au Général de Villiers : « Mon Général, la France vous attend ! » et A la détresse des Français, Macron répond par la promesse d’un débat

Ce contenu a été publié dans Actualité politique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Quand mon appel au Général de Villiers fait des émules

  1. MERY Jeanne dit :

    La famille De Villiers est une grande famille Vendéenne. Ses ancêtres ont largement fait parler d’eux dans l’Histoire de France. C’est ce genre de personne qu’il faut investir. Je suis pour à 1000%.

    Une « vielle » de 80 ans, qui a été actrice, active, dans les années 67 à 70, lors des grands événements.

    Bon courage à tou(te)s.

    P.N.

Laisser un commentaire